/

Rechercher un produit

Cadima-Pathé

Cadima Pathé est une société de négoce et de courtage spécialisée dans les produits aromatiques naturels destinés à l'industrie de la parfumerie, des cosmétiques et des arômes alimentaires.


En créant au fil des années un tissu exceptionnel de relations avec ses fournisseurs – producteurs à travers le monde, la société Cadima Pathé est en mesure de proposer de nombreux produits aromatiques d'origine végétale ou animale d'une qualité exceptionnelle.


Se moderniser sans céder à ses valeurs est une démarche à laquelle la société Cadima Pathé est strictement attachée. Aussi, les techniques d'extraction les plus novatrices sont utilisées par ses partenaires : Extraction à froid pour les Agrumes, Extraction au CO2 supercritique pour certaines épices.


Soucieux de répondre à la demande croissante du grand-public, la société Cadima Pathé a créé la marque A4aroma et offre à ses clients la possibilité de se fournir en matières premières de parfumerie de haute qualité et en petites quantités.


Amyris - Haïti
Amyris balsamifera
Baies de Genièvre -
Juniperus communis L.
Basilic Grand Vert - Egypte
Ocimum basilicum L. ssp Grand vert chemotype Linalol
Bergamote - Italie
Citrus aurantium L. ssp. bergamia
Cannelle - Sri lanka
Cinnamomum zeylanicum
Cèdre Virginie - Etats - Unis (Virginie)
Juniperus virginiana L.
Citron - Italie
Citrus limon (L.) Burm.
Coriandre - Egypte
Coriandrum sativum L
Cumin - Egypte
Cumimum cymimum
Cyprès commun - Espagne
Cupressus sempervirens L.
Eucalyptus globulus - Australie
Eucalyptus globulus
Géranium Bourbon - La Réunion
Pelargonium graveolens
Géranium Chine - Chine
Pelargonium graveolens
Géranium Egypte - Egypte
Pelargonium graveolens
Géranium Madagascar - Madagascar
Pelargonium graveolens
Lavande Bulgare - Bulgarie
Lavandula agustifolia
Lavande Fine - France
Lavandula agustifolia
Lavande maillette - France
Lavandula agustifolia
Lavandin abrial - France
Lavandula angustifolia Mill. Subsp. angustifolia x L. latifolia Medik
Lavandin grosso - France
Lavandula angustifolia Mill. Subsp. angustifolia x L. latifolia Medik
Lavandin super - France
Lavandula angustifolia Mill. Subsp. angustifolia x L. latifolia Medik
Litsea cubeba - Chine
Litsea cubeba (Lour.) Persoon
Mandarine Jaune - Italie
Citrus reticulata Blanco
Mandarine Rouge - Italie
Citrus reticulata Blanco
Mandarine Verte - Italie
Citrus reticulata Blanco
Marjolaine - Egypte
Origanum majorana L.
Menthe arvensis - Chine
Mentha arvensis
Menthe poivrée - France
Mentha piperita
Néroli - Tunisie
Citrus aurantium, ssp amara
Niaouli - Madagascar
Melaleuca quinquenervia cineolifera
Noix de muscade - Sri lanka ou Indonésie
Myristica fragans Houtt
Orange Bigarade - Italie
Citrus aurantium
Orange douce - Italie, Brésil, Afrique du sud ...
Citrus sinensis
Orange Tarocco - Italie
Citrus sinensis
Palmarosa - Inde
Cymbopogon martinii
Patchouli Brut - Indonésie
Pogostemon cablin Benth
Patchouli DM - Indonésie
Pogostemon cablin Benth
Petitgrain Bigarade - Egypte
Citrus aurantium
Petitgrain Mandarinier - Egypte
Citrus reticulata
Petitgrain Paraguay - Paraguay
Citrus aurantium
Pin de Sibérie - Russie
Abies sibirica
Poivre noir - Madagascar
Piper nigrum
Romarin - Tunisie
Rosmarinus officinalis
Rose - Bulgarie
Rosa Damascena
Santal Inde - Inde
Sandalum album
Santal Tanzanie - Tanzanie
Osyris lanceolata
Sauge Sclarée - Russie
Salvia Sclarea
Tagète - Egypte
Tagetes minuta Syn : Tagetes glandulifera
Tea Tree, Arbre à  thé - Madagascar
Melaleuca alternilolia
Vétiver - Haïti
Vetiveria zizanioides
Ylang-Ylang complète - Madagascar ou Comores
Cananga odorata
Ylang-Ylang Extra - Madagascar ou Comores
Cananga odorata
Ylang-Ylang Première - Madagascar ou Comores
Cananga odorata
Ylang-Ylang Troisième - Madagascar ou Comores
Cananga odorata

Amyris

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Haïti
Origine botanique : Amyris balsamifera
Partie de la plante utilisée : Bois
Mode d'obtention : Distillation à la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8015-65-4
CAS-EINECS : 90320-49-3
EINECS : 291-076-6
FDA : Approuvé comme Arôme alimentaire ( 21 CFR 172.510)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 33)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur sûr - GRAS 3 (2018) Hall,1965
RIFM Id : 242
   Amyris

Historique & origine :

Plus communément appelé "Santal des Caraïbes" ou "Santal des Indes Occidentales", il ne doit pas être confondu avec l'espèce botanique Santalum album, originaire de l'Inde et de l'Indonésie.

L'origine botanique de l' Amyris, demeura obscure jusqu'en 1886, lorsque les premiers essais significatifs pour différencier cette espèce du vrai bois de santal furent réalisés, par Kirkby et Holmes, par examen des feuilles au microscope. En reconnaissance des efforts réalisés par la Compagnie Schimmel & Co, le nom botanique donné à cette plante fut à l'origine: Schimmelia oleifera n. sp. Plus tard il fut référencé: Amyris balsamifera L. par Urban.

Les haïtiens le nomment "Bois chandelle" à cause de sa haute teneur en HE, grâce à laquelle il brûle longtemps (comme une torche) et qui lui octroie également un délai de conservation très long, même sous le soleil tropical.

Description de la plante/arbre :

L'amyris est un arbre à feuilles persistantes, originaire des Antilles et d'Amérique Centrale.

L'arbre atteint environ 18 m de haut. Il produit des grappes de fleurs blanches, lesquelles développent des fruits comestibles, de couleur bleu-noir.

Description du produit :

Etat physique : Liquide visqueux
Odeur : Odeur boisée, balsamique, chaude et veloutée. (rappelant le Bois de santal
Couleur : Jaunâtre
Densité (20°C) : [0.946 ; 0.978]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+10° ; +53°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.502 ; 1.512]
Principaux constituant : Valérianol; Elémol; 10-gamma-épi-eudesmol


Baies de Genièvre

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Origine botanique : Juniperus communis L.
Partie de la plante utilisée : Fruit mûr séché
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8002-68-4
CAS-EINECS : 84603-69-0
EINECS : 283-268-3
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 249)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 2604) Hall,1965
RIFM Id : 337
   Baies de Genièvre

Historique & origine :

Cet arbuste est sacré dans tout l'hémisphère boréal.

Plusieurs recettes médicinales sont mentionnées dans des papyrus égyptiens datant de 1550 avant JC.

Dans la Grèce antique, il était consacré aux Euménides (Divinités redoutables) et la fumée des rameaux était offerte en encens aux Dieux infernaux.

Hippocrate sauva Athènes de la peste en faisant brûler des branches de genévrier devant chaque ruine.

Beaucoup plus tard lors du siège de Paris en 1870, on enraya l'épidémie de variole en adoptant dans les hôpitaux, la même méthode que le médecin grec.

 

La plante tire son nom du mot celtique juneprus signifiant "âcre" Le mot anglais "gin" est une adaptation du Hollandais "genever" car c'est en Hollande que l'on distilla pour la première fois les baies de genièvre.

Description de la plante/arbre :

Arbuste à port étalé toujours vert de 1 à 3m de haut et à croissance lente.

Feuilles vert-bleu étroites, pointues et piquantes, insérées par 3. Caractéristiques: ses aiguilles sont rayées d'une unique bande blanche sur le dessus.

Petites fleurs jaunes (avril/mai) dioïques, peu visibles groupées en petits chatons à l'aisselle des feuilles.

Baies globuleuses (appelées galbules) pourpres à noir contenant chacune 3 graines triangulaires, qui n'apparaissent que sur les plants femelle au bout de 3 ans. Une plante peut porter plusieurs générations de baies, qui sont donc à des stades de maturité différents.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Fraiche
Couleur : Jaune pale à  jaune
Principaux constituant : Alpha-pinene, Beta-pinene, Sabinene, Germacrene-D


Basilic Grand Vert

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Ocimum basilicum L. ssp Grand vert chemotype Linalol
Partie de la plante utilisée : Feuilles et fleurs
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8015-73-4
CAS-EINECS : 84775-71-3
EINECS : 283-900-8
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 308)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 2119) Hall,1965
RIFM Id : 260
   Basilic Grand Vert

Historique & origine :

Originaire des Indes, c'est une des plantes sacrées dédiée à Vishnu, que les intégristes de l'église brahmanique considèrent toujours comme de nature divine.
Son nom initial "Basilikon" provient du statut royal que lui attribue la légende.
Les Grecs le délaissèrent car c'était pour eux un symbole d'hostilité et d'insanité, contrairement aux Romains qui surent l'apprécier.
C'est Catherine de Medicis qui l'introduisit en France en 1533, lors de son mariage avec le roi Henry II. En effet, elle fit venir d'Italie, son chef cuisinier qui assaisonnait les plats au basilic et qui fut bientôt nommé "Herbe Royale".
Au 17 ème siècle, outre son utilisation culinaire, le basilic fut très employé en Europe pour des applications médicinales.

 

 

Description de la plante/arbre :

Le basilic Ocimum basilicum L. dont il existe 3 variétés (grand vert, fin vert, à feuille de laitue) a la particularité de produire des HE de composition différentes selon le lieu où il est planté. Les deux premiers chémotypes ont une grande importance commerciale :
 
1) Ocimum basilicum L. chémotype à estragole (Basilic type réunion et type Viet-Nam)
2) Ocimum basilicum L. chémotype à linalol (Basilic mutant type Egypte)
3) Ocimum basilicum L. chémotype à eugénol (Java, Russie, Seychelles, Maroc)
 
Description :
Plante herbacée annuelle de 30 à 60cm de hauteur, à larges feuilles opposées, lancéolées, odorantes et tige de section carrée. Fleurs à corolles blanches ou rosées, groupées en épi au sommet des tiges. Le calice aux sépales soudés comporte 5 dents. On distingue 2 paires d'étamines, dont une paire plus courte. Le fruit est un tétrakène, donnant des petites graines dures, ovales et brunes qui deviennent mucilagineuses au contact de l'eau

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Epicée, Floral
Couleur : Jaune pale à  jaune
Densité (20°C) : [ 0.940 ; 0.960 ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.500 ; 1.600 ]
Principaux constituant : Linalol, cinéol, eugénol


Bergamote

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Italie
Origine botanique : Citrus aurantium L. ssp. bergamia
Partie de la plante utilisée : Zeste
Mode d'obtention : Expression à  froid
  
  
CAS-TSCA : 8007-75-8
CAS-EINECS : 89957-91-5
EINECS : 289-612-9
FDA : Approuvé comme GRAS ( 21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 1)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. (2153) Hall,1965
RIFM Id : 1091
   Bergamote

Description du produit :



Cannelle

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Sri lanka
Origine botanique : Cinnamomum zeylanicum
Partie de la plante utilisée : é‰corce intérieure séchée de l'arbuste
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8015-91-6
CAS-EINECS : 84649-98-9
EINECS : 283-479-0
FDA : Approuvé comme GRAS ( 21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 133)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2291) Hall,1965
RIFM Id : 328
   Cannelle

Historique & origine :

C'est un arbre originaire de l'Inde occidentale et du Sri Lanka.
La cannelle Cinnamomum verum croissait en Somalie aux temps bibliques, tandis que le cassier Cinnamomum cassia se trouvait en Extrême-Orient.
Au 17ème siècle avant JC, Les Egyptiens utilisaient la cannelle achetée aux marchands Asiatiques pour embaumer les momies.
La Bible cite Moïse utilisant la cannelle pour oindre le tabernacle durant l'Exode.
En médecine Chinoise, des manuscrits indiquent l'utilisation de la cannelle au moins 2700 ans avant J.C.
Les anciens la considéraient comme une épice de première importance, cadeau royal offert avec la myrrhe, l'or et l'encens.
Les navires chargés des précieuses écorces traversaient l'océan Indien venant de Chine ou de Ceylan, jusqu'au Golfe Persique pour être déchargés de leur cargaison par des marchands qui les convoyaient à dos de chameau jusqu'aux rivages de la Méditerranée à Sidon et Tyr d'où il prenaient la destination des empires Grecs et Romains.
En 1758, les Hollandais prennent possession de l'île de Ceylan et contrôlent strictement la production ce qui leur permet de maintenir des prix élevés.
En 1796, les Anglais annexent Ceylan et imposent un monopole via la fameuse " Compagnie des Indes " jusqu'en 1833.
Puis le français Pierre Poivre casse ce monopole en subtilisant des plants de Ceylan, et en les replantant aux Seychelles où la cannelle est devenue maintenant la principale culture.
 
Le nom cinnamon vient de l'indonésien kayu manis signifiant bois tendre.

 

Description de la plante/arbre :

C'est un arbre à petites fleurs dépourvues de corolle, haut de 5 à 10 m, que l'on taille à la manière des saules pour lui donner une forme buissonnante.
On découpe des morceaux d'écorce où se développe l'arôme après une brève fermentation.
Tronc à écorce épaisse, rugueuse, à odeur et saveur de cannelle
Feuille : ovales, coriaces, opposées, simples, pétiolées. Limbe oblong, ovale, 10-18cm x 4-5cm. 3 à 5 nervures proéminentes longitudinales. Face supérieure vert-foncé vernissée, luisante. Face inférieure vert clair, mate.
Fleur : cymes régulières, lâches, terminales ou axiliaires de 15 à 60 fleurs.
Fruit : drupe charnue noire, avec une graine ovoïde de 1 à 1,7 cm de long

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Caractéristique
Couleur : Jaunâtre à  marron foncé
Densité (20°C) : [1.000 ; 1.080]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [?2° ; +1°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.529 ; 1.580]
Principaux constituant : Beta-caryophyllene, Cinnamaldehyde, Eugenol, Linalool


Cèdre Virginie

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Etats - Unis (Virginie)
Origine botanique : Juniperus virginiana L.
Partie de la plante utilisée : Bois
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-27-9
CAS-EINECS : 85085-41-2
EINECS : 285-370-3
RIFM Id : 113
   Cèdre Virginie

Historique & origine :

Le cèdre est un symbole d'immortalité. On l'appelait anciennement "la vie des morts", parce que le parfum de son bois éloigne les insectes et les vers rongeurs des tombeaux.

Le mot cèdre vient du grec "kedros" qui était le nom d'un conifère du temps d'Homère.

Description de la plante/arbre :

Conifère natif de l'Amérique du Nord, côte Est des Montagnes rocheuses, toujours vert à croissance lente, jusqu'à 30m de hauteur, à couronne étroite, dense et pyramidale. Le coeur du bois est rougeâtre, et les cônes sont bruns. L'arbre peut atteindre une stature majestueuse avec un tronc imposant de plus de 1,5 m de diamètre.

C'est en fait une variété de genévrier, même si les caractéristiques de sa composition le rapprochent beaucoup du cèdre véritable.

Description du produit :

Etat physique : Liquide légèrement visqueux
Odeur : Boisée, douce
Couleur : Incolore à  jaune
Densité (20°C) : [0.941 ; 0.970]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-36° ; -16°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.501 ; 1.510]
Principaux constituant : alpha-cédrène, thujopsène , cuparène , cédrol


Citron

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Italie
Origine botanique : Citrus limon (L.) Burm.
Partie de la plante utilisée : Zeste
Mode d'obtention : Expression à  froid
  
  
CAS-TSCA : 8008-56-8
CAS-EINECS : 84929-31-7
EINECS : 284-515-8
FDA : Approuvé comme GRAS ( 21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 139)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2625) Hall,1965
RIFM Id : 1094
   Citron

Historique & origine :

Les agrumes sont originaires du sud-est asiatique (Chine du Sud, Vietnam, Assam et nord de la Birmanie) mais les formes anciennes des citrus n'ont pas été retrouvées. Ils furent utilisés en Asie pendant très longtemps avant que l'espèce n'ait été transportée vers l'ouest pour devenir une part importante des anciennes cultures de Mésopotamie (4000 ans avant J.C.), l'Egypte et la Grèce.

Citrus medica var. ethrog fut décrit dans la Bible 200 ans avant J.C. Les juifs connurent ce fruit à Babylone pendant leur exil, au cinquième siècle avant J.C., et le rapportèrent plus tard en Palestine. De plus le citron, fut exporté par la migration musulmane d'Afrique du Nord vers l'Espagne pendant le Moyen Âge.

Au Xème siècle, les croisés ramenèrent le citron de Palestine et d'Egypte mais il ne fut utilisé pendant longtemps que comme un anti-mites et contrepoison.

Le nom anglais lemon dérive d'un mot hindou traduit en Arabe par limun

Description de la plante/arbre :

Selon Swingle, le citron serait un hybride de Citrus medica L et de Citrus aurantifolia Swingle.

Les citronniers sont de petits arbustes épineux de 3 à 5 m de haut. Grandes feuilles ovales vert pâle, avec un pétiole simplement marginé. Les jeunes pousses sont pourpres, et les boutons floraux sont blancs à l'intérieur, pourpres en dehors.

Les fleurs parfumées sont hermaphrodites et pollinisées par les insectes. Le citronnier est donc auto-fertile. Les fruits très nombreux (1500 à 2000 pour un arbre adulte) sont jaunes ovoïdes ont une pulpe fine juteuse et acide. Les fleurs et fruits coexistent sur le même arbre

Description du produit :

Etat physique : Liquide limpide mobile
Odeur : Caractéristique du citron
Couleur : Jaune pâle à  foncé
Densité (20°C) : [0,8400 ; 0,8600]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [1,4650 ; 1,4850]
Indice de réfraction (20°C) : [+57° ; +66°]
Principaux constituant : Geranyl acetate, Limonene, Beta-pinene, Sabinene, Gamma-terpinene, Geranial, Neral, Terpinolene


Coriandre

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Coriandrum sativum L
Partie de la plante utilisée : Feuilles ou graines
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8008-52-4
CAS-EINECS : 84775-50-8
EINECS : 283-880-0
FDA : Approuvé comme GRAS (21 CFR 182.10)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 154)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur sûr - GRAS 3 (2333) Hall,1965
RIFM Id : 238
   Coriandre

Historique & origine :

La coriandre d'origine Arménienne, était déjà cultivée 1500 ans avant J.C. et des fruits ont été trouvés dans les sépultures de l'ancienne Egypte.

Tous les traités médicaux du Moyen Age la mentionnent originaire de l'Asie Centrale. Elle eut une importance économique considérable comparable à celle du poivre pour les temps modernes.

Les Grecs l'appelèrent "koriandron" de "koris" qui signifie punaise, eu égard à l'odeur de punaise écrasée qui se dégage des feuilles.

Les Romains la répandirent à travers toute l'Europe, et ce fut la première épice à arriver en Amérique.

Communément appelée le "persil chinois" la coriandre fût introduite en Angleterre par les romains où elle fit fureur durant la période élisabéthaine. Utilisée à toutes les époques comme aromatisant en cuisine (curry, falafels, tajines) et comme plante médicinale

Description de la plante/arbre :

La coriandre est une plante herbacée annuelle fertile de 30 à 60cm, et présente un dimorphisme foliaire.

Les premières feuilles en rosette sont longuement pétiolées avec un limbe très lobé. Puis à la mise en fleurs, les entre-noeuds de la plante acaule s'allongent, sa tige porte alors des feuilles alternes très laciniées.

La tige est grêle et glabre. L'inflorescence est une ombelle, la fleur blanche ou mauve pâle est zygomorphe. Les insectes assurent la pollinisation.

Floraison de juillet à septembre.

Le fruit rond globuleux possède 10 côtes et est constitué de 2 graines hémisphériques.

Les produits aromatiques sont d'abord localisés dans les feuilles et la graine. Il n'existe pas de tissus sécréteurs, et c'est dans le cytoplasme même que se trouvent les produits. Ce n'est qu'à la maturation du fruit qu'apparaissent dans celui-ci des canaux sécréteurs de 2 sortes : les périphériques élaborent les composés oxygénés aldéhydés, les internes élaborent alcools et terpènes. Au cours de la maturation du fruit, les canaux périphériques disparaissent au profit des internes, et l'odeur de la plante devient alors très différente, passant d'une note "punaise écrasée" à l'odeur fine caractéristique de la graine. La coriandre est une espèce à très haute teneur en protéines foliaires (6%).

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Odeur aromatique distinctive forte, épicée avec une saveur piquante
Couleur : Incolore à  jaune clair
Densité (20°C) : [0.820 ; 0.895]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+0° ; +15°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.455 ; 1.470]
Principaux constituant : a-pinene,b-pinene, myrcene, g-terpinene, p-cymene, linalool, lynalyl acetate, geranyl acetate and camphor


Cumin

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Cumimum cymimum
Partie de la plante utilisée : Graines
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8014-13-9
CAS-EINECS : 84775-51-9
EINECS : 283-881-6
FDA : Approuvé comme GRAS ( 21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 161)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. (2243) Hall,1965
RIFM Id : 331
   Cumin

Historique & origine :

Epice très ancienne, native d'Asie occidentale (Turkestan), le cumin tenait une grande place dans la nourriture et la médecine de l'Antiquité.

Citée par le prophète Isaïe, on a trouvé ses fruits dans les tombaux égyptiens. Les romains de la décadence sollicitaient son aide digestive après les festins. Au Moyen Age, il était encore très recherché en Europe, mais l'évolution du goût a fini par le mettre, en Europe, au ban des aromates.

C'est très généralement le carvi qu'on emploie à sa place, et qui usurpe jusqu'à son nom.

Description de la plante/arbre :

Herbe annuelle délicate de 50 cm de haut à tige fine dressée, striée et ramifiée portant des feuilles vertes plumeuses profondément découpées.

Les fleurs sont petites, blanches ou légèrement rosées et sont disposées en ombelles de 3 à 5 rayons. Floraison en juin-juillet.

Les fruits fortement aromatiques se présentent comme des diakènes allongés, elliptiques de 4 à 6 mm de long sur 2 mm de large.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Grasse, aromatique, boisée
Couleur : Jaune à  marron
Densité (20°C) : [0,905 ; 0,930]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+1° ; +8°]
Indice de réfraction (20°C) : [1,490 ; 1,506]
Principaux constituant : Cumin aldéhyde, terpinène gamma, paracymène, bêta-pinène, menthadiénals


Cyprès commun

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Espagne
Origine botanique : Cupressus sempervirens L.
Partie de la plante utilisée : Feuilles / branches
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8013-86-3
CAS-EINECS : 84696-07-1
EINECS : 283-626-9
CoE : Inclus sur la Liste des substances Totalement approuvées ( COE No. 162)
RIFM Id : 659
   Cyprès commun

Historique & origine :

Originaire du Moyen-Orient, le cyprès est le symbole de l'éternité.

Les égyptiens ont utilisé son bois dans la fabrication des sarcophages, car il est pratiquement imputrescible.

En Chine, l'arbre cosmique se tient au centre de l'univers et on plante sur les tombes des Cyprès et des pins pour donner de la force à l'âme des morts et pour sauver leurs corps de la corruption.

Dans un texte assyrien du XVe siècle av. J.-C., le cyprès figure comme traitement des douleurs et des démangeaisons.

Le cyprès vert (Cupressus sempervirens ), est commun dans la région méditerranéenne, où sa diffusion accompagna l'expansion romaine. Il existe de nombreuses variétés de cyprès vert. L'une d'entre elles (C. sempervirens var. pyramidalis), appelée cyprès mâle (à tort, car chaque arbre porte, là aussi, des fleurs mâles et des fleurs femelles), est utilisée comme plante ornementale dans les parcs et surtout dans les cimetières, d'où la connotation de tristesse et de deuil attachée à son nom.

Description de la plante/arbre :

Ce grand cyprès, très répandu dans le midi, n'est jamais spontané en France. Il se présente sous deux formes:

- L'une avec des branches étalées (forme horizontalis)

- L'autre en colonne (forme pyramidalis) parfois très étroite (forme stricta)

D'une hauteur n'excédant pas une vingtaine de mètres, il a une forme conique et fuselée des plus caractéristiques. Il est recouvert d'une écorce fibreuse, légèrement cannelée, de couleur gris rougeâtre. Son système racinaire est très développé. Les feuilles vert foncé, en forme d'écailles triangulaires, sont petites, mais si serrées les unes contre les autres qu'elles masquent le court rameau qui les porte. Les fleurs qui apparaissent très tôt au printemps sont unisexuées, éléments mâles et éléments femelles coexistant sur le même individu, les premiers groupés en cônes courts, terminaux, de couleur jaune, les seconds assemblés en cônes plus globuleux gris-vert. L'infrutescence (ensemble des ovules fécondés et des écailles les protégeant), appelée galbule, renferme des graines ailées et apparaît à l'automne de la 2ème année. Les jeunes galbules sont globuleux de couleur verte, qui vire au brun à maturité, puis deviennent ligneux.

En dépit d'un développement lent, le cyprès vert est une essence forestière de grande valeur : son bois dur, compact, résineux offre une remarquable résistance aux agents atmosphériques et aux attaques des insectes. Il peut vivre jusqu'à 1000 ans.

Autres variétés : - Cupressus arizonica GR. (Cyprès d'Arizona) - Cupressus lusitanica (Cyprès Kénya) - Callistris intratropica (Cyprès Australien)

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Fraîche, résineuse, agreste, boisée
Couleur : Jaune à jaune verdâtre
Densité (20°C) : [0,863 ; 0,886]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+15° ; +30° ]
Indice de réfraction (20°C) : [1,468 à 1,478]
Principaux constituant : Alpha-pinène, delta-3-carène, cédrol, limonène


Eucalyptus globulus

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Australie
Origine botanique : Eucalyptus globulus
Partie de la plante utilisée : Feuilles
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-48-4
CAS-EINECS : 84625-32-1
EINECS : 283-406-2
FDA : Approuvé comme Arôme ( 21 CFR 172.510)
CoE : Inclus sur la Liste des substances totalement approuvées ( COE No. 492)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 22 ( 4219) Smith,2005c
RIFM Id : 122
   Eucalyptus globulus

Historique & origine :

Originaire d'Australie et des archipels voisins, le genre eucalyptus compte plus de 500 espèces. Certains sont de taille modeste, d'autres sont de vrais géants atteignant près de 100 m de hauteur. Les immenses forêts qu'ils forment, aperçues de loin par les premiers explorateurs, conférèrent à l'île-continent le surnom de " pays des brouillards bleus ". De la même façon, on les nomme parfois sous nos climats " gommier bleu ".

Ses feuilles constituent la nourriture du Koala.

Le mot vient du Grec " eu ", bien, et " kaluptos ", couvert, par allusion à l'opercule coiffant bien les étamines.

Originaire de Tasmanie en Australie, les Eucalyptus Globulus ont été largement introduits dans diverses régions du monde au climat doux en raison de leur croissance rapide et de la qualité de leur bois, mais aussi parce qu'on a cru longtemps que leur parfum éloignait les moustiques et donc la malaria. En fait, la régression de cette maladie est due à l'assèchement des terrains car les racines exercent un pompage énorme.

Il a été introduit en France par Ramel en 1860 puis surtout au Portugal où il sert à la fabrication de la pâte à papier.

Description de la plante/arbre :

L'Eucalyptus globulus peut atteindre 40m de haut (ou plus dans son pays d'origine).

Les jeunes feuilles sont opposées, ovales et sessiles. Celles des arbres adultes sont alternes, pédonculées, plus longues en forme de lame de faux et dégagent une forte odeur caractéristique.

Les rameaux sont légèrement duveteux.

L'écorce de l'arbre adulte présente une desquamation caractéristique.

L'inflorescence en juillet-août est axilliaire à 2 ou 3 fleurs jaune clair, et le fruit est une capsule anguleuse

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Camphrée, fraîche, cinéolée
Couleur : Incolore à  jaune clair
Densité (20°C) : [0,906 ; 0,927]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [0° ; +10°]
Indice de réfraction (20°C) : [1,458 ; 1,470]
Principaux constituant : 1,8 cinéole ( >80%), pinène, limonène


Géranium Bourbon

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : La Réunion
Origine botanique : Pelargonium graveolens
Partie de la plante utilisée : Plantes fraîches, récoltées à  la période de fleur initiale
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-46-2
CAS-EINECS : 90082-51-2
EINECS : 290-140-0
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 324)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2508) Hall,1965
RIFM Id : 133
   Géranium Bourbon

Historique & origine :

Le genre Pelargonium est natif d'Afrique du Sud où fut trouvé en 1672 par Paul Herman, le premier spécimen à être identifié : P. cucullatum (L.) L'Herit.

Le géranium pour parfumerie fut introduit à La Réunion à la fin du XIXè siècle sous la forme de Pelargonium capitatum (appelé localement "petit géranium") et, vers 1900, on introduisit le Pelargonium graveolens venant de Grasse (désigné comme "gros géranium").

La création d'un hybride interspécifique P. capitatum x P. radens a permis d'obtenir la fameuse qualité "géranium Bourbon".

 

La première distillation enregistrée de feuilles de pélargonium fut réalisée en 1819 par le chimiste Recluz, mais ce n'est qu'à la fin du 19è siècle que démarra réellement la production d'HE de géranium, et ce, presque exclusivement pour l'industrie des parfums. 

La forte odeur de rose de l'Huile Essentielle de géranium, avec ses nuances de menthe verte, a longtemps été un l'ingrédient essentiel de beaucoup de parfums raffinés, et l'Huile Essentielle a souvent été employée pour couper l'Huile Essentielle de rose plus chère.

Description de la plante/arbre :

Plantes ligneuses de 20 à 80 cm de haut, les Pelargonium se présentent en grosses touffes arrondies.

Les feuilles sont vertes, dentelées, cordiformes, lobées.

Les fleurs irrégulières de couleur rose, sont groupées en ombelles très serrées.

Toute la plante dégage une odeur rosée légèrement mentholée.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Rosée, menthée, zestée
Couleur : Brun jaunâtre à  verdâtre
Densité (20°C) : [ 0,885 ; 0,897 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -17° ; -9° ]
Indice de réfraction (20°C) : [1,460 ; 1,470]
Principaux constituant : Citronellol, Geraniol, Isomenthone, Linalol, Citronellyl formate


Géranium Chine

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Chine
Origine botanique : Pelargonium graveolens
Partie de la plante utilisée : Plantes fraîches, récoltées à  la période de fleur initiale
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-46-2
CAS-EINECS : 90082-51-2
EINECS : 290-140-0
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 324)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2508) Hall,1965
RIFM Id : 133
   Géranium Chine

Historique & origine :

Le genre Pelargonium est natif d'Afrique du Sud où fut trouvé en 1672 par Paul Herman, le premier spécimen à être identifié : P. cucullatum (L.) L'Herit.

Le géranium pour parfumerie fut introduit à La Réunion à la fin du XIXè siècle sous la forme de Pelargonium capitatum (appelé localement "petit géranium") et, vers 1900, on introduisit le Pelargonium graveolens venant de Grasse (désigné comme "gros géranium").

La création d'un hybride interspécifique P. capitatum x P. radens a permis d'obtenir la fameuse qualité "géranium Bourbon".

 

La première distillation enregistrée de feuilles de pélargonium fut réalisée en 1819 par le chimiste Recluz, mais ce n'est qu'à la fin du 19è siècle que démarra réellement la production d'HE de géranium, et ce, presque exclusivement pour l'industrie des parfums. 

La forte odeur de rose de l'Huile Essentielle de géranium, avec ses nuances de menthe verte, a longtemps été un l'ingrédient essentiel de beaucoup de parfums raffinés, et l'Huile Essentielle a souvent été employée pour couper l'Huile Essentielle de rose plus chère.

Description de la plante/arbre :

Plantes ligneuses de 20 à 80 cm de haut, les Pelargonium se présentent en grosses touffes arrondies.

Les feuilles sont vertes, dentelées, cordiformes, lobées.

Les fleurs irrégulières de couleur rose, sont groupées en ombelles très serrées.

Toute la plante dégage une odeur rosée légèrement mentholée.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Rosée, menthée, zestée
Couleur : Jaune ambré à  verdâtre
Densité (20°C) : [ 0,882 ; 0,899 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -14° ; -7° ]
Indice de réfraction (20°C) : [1,460 ; 1,472]
Principaux constituant : Citronellol, Geraniol, Isomenthone, Linalol, Citronellyl formate


Géranium Egypte

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Pelargonium graveolens
Partie de la plante utilisée : Plantes fraîches, récoltées à  la période de fleur initiale
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-46-2
CAS-EINECS : 90082-51-2
EINECS : 290-140-0
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 324)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2508) Hall,1965
RIFM Id : 133
   Géranium Egypte

Historique & origine :

Le genre Pelargonium est natif d'Afrique du Sud où fut trouvé en 1672 par Paul Herman, le premier spécimen à être identifié : P. cucullatum (L.) L'Herit.

Le géranium pour parfumerie fut introduit à La Réunion à la fin du XIXè siècle sous la forme de Pelargonium capitatum (appelé localement "petit géranium") et, vers 1900, on introduisit le Pelargonium graveolens venant de Grasse (désigné comme "gros géranium").

La création d'un hybride interspécifique P. capitatum x P. radens a permis d'obtenir la fameuse qualité "géranium Bourbon".

 

La première distillation enregistrée de feuilles de pélargonium fut réalisée en 1819 par le chimiste Recluz, mais ce n'est qu'à la fin du 19è siècle que démarra réellement la production d'HE de géranium, et ce, presque exclusivement pour l'industrie des parfums. 

La forte odeur de rose de l'Huile Essentielle de géranium, avec ses nuances de menthe verte, a longtemps été un l'ingrédient essentiel de beaucoup de parfums raffinés, et l'Huile Essentielle a souvent été employée pour couper l'Huile Essentielle de rose plus chère.

Description de la plante/arbre :

Plantes ligneuses de 20 à 80 cm de haut, les Pelargonium se présentent en grosses touffes arrondies.

Les feuilles sont vertes, dentelées, cordiformes, lobées.

Les fleurs irrégulières de couleur rose, sont groupées en ombelles très serrées.

Toute la plante dégage une odeur rosée légèrement mentholée.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Rosée, menthée, zestée
Couleur : Jaunâtre à  verdâtre
Densité (20°C) : [ 0,885 ; 0,905 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -14° ; -8° ]
Indice de réfraction (20°C) : [1,461 ; 1,475]
Principaux constituant : Citronellol, Geraniol, Isomenthone, Linalol, Citronellyl formate


Géranium Madagascar

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Madagascar
Origine botanique : Pelargonium graveolens
Partie de la plante utilisée : Plantes fraîches, récoltées à  la période de fleur initiale
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-46-2
CAS-EINECS : 90082-51-2
EINECS : 290-140-0
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 324)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2508) Hall,1965
RIFM Id : 133
   Géranium Madagascar

Historique & origine :

Le genre Pelargonium est natif d'Afrique du Sud où fut trouvé en 1672 par Paul Herman, le premier spécimen à être identifié : P. cucullatum (L.) L'Herit.

Le géranium pour parfumerie fut introduit à La Réunion à la fin du XIXè siècle sous la forme de Pelargonium capitatum (appelé localement "petit géranium") et, vers 1900, on introduisit le Pelargonium graveolens venant de Grasse (désigné comme "gros géranium").

La création d'un hybride interspécifique P. capitatum x P. radens a permis d'obtenir la fameuse qualité "géranium Bourbon".

 

La première distillation enregistrée de feuilles de pélargonium fut réalisée en 1819 par le chimiste Recluz, mais ce n'est qu'à la fin du 19è siècle que démarra réellement la production d'HE de géranium, et ce, presque exclusivement pour l'industrie des parfums. 

La forte odeur de rose de l'Huile Essentielle de géranium, avec ses nuances de menthe verte, a longtemps été un l'ingrédient essentiel de beaucoup de parfums raffinés, et l'Huile Essentielle a souvent été employée pour couper l'Huile Essentielle de rose plus chère.

Description de la plante/arbre :

Plantes ligneuses de 20 à 80 cm de haut, les Pelargonium se présentent en grosses touffes arrondies.

Les feuilles sont vertes, dentelées, cordiformes, lobées.

Les fleurs irrégulières de couleur rose, sont groupées en ombelles très serrées.

Toute la plante dégage une odeur rosée légèrement mentholée.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Rosée, menthée, zestée
Couleur : Jaunâtre à  verdâtre
Densité (20°C) : [ 0,887 ; 0,897 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -17° ; -9° ]
Indice de réfraction (20°C) : [1,462 ; 1,471]
Principaux constituant : Citronellol, Geraniol, Isomenthone, Linalol, Citronellyl formate


Lavande Bulgare

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Bulgarie
Origine botanique : Lavandula agustifolia
Partie de la plante utilisée : Tiges fleuries
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-28-0
CAS-EINECS : 90063-37-9
EINECS : 289-995-2
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 257)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 2622) Hall,1965
RIFM Id : 169
   Lavande Bulgare

Historique & origine :

La lavande, originaire d'Europe méridionale, est connue et utilisée depuis la plus haute antiquité. Elle est mentionnée dans les écrits de Dioscorides dès le premier siècle après J.C.

Les Egyptiens trempaient les draps de coton dans la lavande et l'asphalte durant les momifications.

Les Grecs, puis les Romains surent l'apprécier pour son parfum et surtout pour ses vertus thérapeutiques.

Au Moyen Age, on s'en servait pour combattre la peste bubonique.

 

Le saviez-vous ?

Le nom lavande vient du latin "lavare" qui signifie laver, car les Romains parfumaient leurs bains avec cette plante.

 

Description de la plante/arbre :

C'est une plante pérenne en buissons de 30 à 70 cm de haut, plus petite que le lavandin.

Tiges allongées, grêles, carrées, blanchâtres. 

Feuilles étroites, entières, opposées, lancéolées, persistantes de couleur gris-vert.

Fleurs bleu-violettes (le fameux bleu-lavande) dressées en épis de 12 cm de long au parfum très aromatique.

 

On distingue les Lavandes de population (lavandes fines : carla et rapido) des lavandes clonales dont les plus courantes sont la Maillette et la Matheronne. Les lavandes de population ont une qualité d'huile essentielle dite fine, alors que les lavandes clonales ont une huile essentielle typée.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Caractéristique (lavande), fraiche, fleurie
Couleur : Jaune pale
Densité (20°C) : [ 0,875 ; 0,890 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -12,5° ; -7° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1,455 ; 1,464 ]
Principaux constituant : 1,8-cineole, Linalool, Linalyl acetate, Terpinene-4-ol


Lavande Fine

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : France
Origine botanique : Lavandula agustifolia
Partie de la plante utilisée : Tiges fleuries
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-28-0
CAS-EINECS : 90063-37-9
EINECS : 289-995-2
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 257)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 2622) Hall,1965
RIFM Id : 169
   Lavande Fine

Historique & origine :

La lavande, originaire d'Europe méridionale, est connue et utilisée depuis la plus haute antiquité. Elle est mentionnée dans les écrits de Dioscorides dès le premier siècle après J.C. Les Egyptiens trempaient les draps de coton dans la lavande et l'asphalte durant les momifications. Les Grecs, puis les Romains surent l'apprécier pour son parfum et surtout pour ses vertus thérapeutiques. Au Moyen A

La lavande, originaire d'Europe méridionale, est connue et utilisée depuis la plus haute antiquité. Elle est mentionnée dans les écrits de Dioscorides dès le premier siècle après J.C.

Les Egyptiens trempaient les draps de coton dans la lavande et l'asphalte durant les momifications.

Les Grecs, puis les Romains surent l'apprécier pour son parfum et surtout pour ses vertus thérapeutiques.

Au Moyen Age, on s'en servait pour combattre la peste bubonique.

 

Le saviez-vous ?

Le nom lavande vient du latin "lavare" qui signifie laver, car les Romains parfumaient leurs bains avec cette plante.

 

Description de la plante/arbre :

C'est une plante pérenne en buissons de 30 à 70 cm de haut, plus petite que le lavandin.

Tiges allongées, grêles, carrées, blanchâtres. 

Feuilles étroites, entières, opposées, lancéolées, persistantes de couleur gris-vert.

Fleurs bleu-violettes (le fameux bleu-lavande) dressées en épis de 12 cm de long au parfum très aromatique.

 

On distingue les Lavandes de population (lavandes fines : carla et rapido) des lavandes clonales dont les plus courantes sont la Maillette et la Matheronne. Les lavandes de population ont une qualité d'huile essentielle dite fine, alors que les lavandes clonales ont une huile essentielle typée.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Caractéristique (lavande), fraiche, fleurie
Couleur : Jaune pale
Densité (20°C) : [ 0,875 ; 0,890 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -12,5° ; -7° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1,455 ; 1,464 ]
Principaux constituant : 1,8-cineole, Linalool, Linalyl acetate, Terpinene-4-ol


Lavande maillette

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : France
Origine botanique : Lavandula agustifolia
Partie de la plante utilisée : Tiges fleuries
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-28-0
CAS-EINECS : 90063-37-9
EINECS : 289-995-2
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 257)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 2622) Hall,1965
RIFM Id : 169
   Lavande maillette

Historique & origine :

La lavande, originaire d'Europe méridionale, est connue et utilisée depuis la plus haute antiquité. Elle est mentionnée dans les écrits de Dioscorides dès le premier siècle après J.C.

Les Egyptiens trempaient les draps de coton dans la lavande et l'asphalte durant les momifications.

Les Grecs, puis les Romains surent l'apprécier pour son parfum et surtout pour ses vertus thérapeutiques.

Au Moyen Age, on s'en servait pour combattre la peste bubonique.

 

Le saviez-vous ?

Le nom lavande vient du latin "lavare" qui signifie laver, car les Romains parfumaient leurs bains avec cette plante.

Description de la plante/arbre :

C'est une plante pérenne en buissons de 30 à 70 cm de haut, plus petite que le lavandin.

Tiges allongées, grêles, carrées, blanchâtres. 

Feuilles étroites, entières, opposées, lancéolées, persistantes de couleur gris-vert.

Fleurs bleu-violettes (le fameux bleu-lavande) dressées en épis de 12 cm de long au parfum très aromatique.

 

On distingue les Lavandes de population (lavandes fines : carla et rapido) des lavandes clonales dont les plus courantes sont la Maillette et la Matheronne. Les lavandes de population ont une qualité d'huile essentielle dite fine, alors que les lavandes clonales ont une huile essentielle typée.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Caractéristique (lavande), fraiche, fleurie
Couleur : Jaune pale
Densité (20°C) : [ 0,875 ; 0,890 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -12,5° ; -7° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1,455 ; 1,464 ]
Principaux constituant : 1,8-cineole, Linalool, Linalyl acetate, Terpinene-4-ol


Lavandin abrial

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : France
Origine botanique : Lavandula angustifolia Mill. Subsp. angustifolia x L. latifolia Medik
Partie de la plante utilisée : Fleurs
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8022-15-9
CAS-EINECS : 93455-96-0
EINECS : 297-384-7
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2618) Hall,1965
RIFM Id : 5532
   Lavandin abrial

Historique & origine :

Cette plante n'est utilisée industriellement que depuis 1920-1930, et après la seconde guerre mondiale, elle va supplanter largement la lavande qui est devenue trop chère dans les parfums pour détergents et lessives.

Lors de la 2 ème guerre mondiale, l'Huile Essentielle de lavandin a été la matière première de départ pour la fabrication du linalol, de l'acétate de linalyle, du citral, des ionones, méthylionones, citronnellal, et hydroxycitronnellal.

Le premier clonage du lavandin a donné le cultivar "Abrial" qui sera la base de l'industrie française des lavandins de 1920 à 1970. Malheureusement, ce cultivar a été attaqué par un micro-organisme pathogénique qui abaissera la durée de vie des plantations de 8-10 ans à 3-4 ans.

En 1972, "Abrial " sera remplacé par le "Grosso" qui est le cultivar dominant depuis 1975, avec aussi le "Super" découvert dans les Alpilles.

Description de la plante/arbre :

Par rapport aux lavandes, les plants du lavandin, beaucoup plus gros et en "boule", sont rigoureusement identiques du fait de l'hybridation.

L'altitude joue aussi un grand rôle dans la différenciation entre les deux espèces : tandis que le lavandin croît à toutes altitudes (du niveau de la mer à plus de 900 m), la vraie Lavande ne pousse qu'à partir de 350-400 m environ, jamais en dessous.

A noter également la différence de fleurs et de feuilles : on reconnaît la Lavande vraie à sa petite tige (30 à 40 cm environ) et à son épi de fleurs plus petit, couleur "lavande", tandis que la tige du Lavandin est plus longue (60 à 80 cm) et que son épi est plus gros, plus pointu et de couleur franchement violette; de plus il se caractérise par la présence de deux "épillets" latéraux, placés en bas.

Tous les lavandins portent une seule ramification sur la tige florale.

 

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Agreste, fleurie (lavande), camphrée
Couleur : Jaune clair
Densité (20°C) : [ 0.885 ; 0.899 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -7° ; -3° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.458 ; 1.462 ]
Principaux constituant : Linalol, acétate de linalyle, camphre, 1,8-cinéole


Lavandin grosso

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : France
Origine botanique : Lavandula angustifolia Mill. Subsp. angustifolia x L. latifolia Medik
Partie de la plante utilisée : Fleurs
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8022-15-9
CAS-EINECS : 93455-97-1
EINECS : 297-385-2
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2618) Hall,1965
RIFM Id : 190
   Lavandin grosso

Historique & origine :

Cette plante n'est utilisée industriellement que depuis 1920-1930, et après la seconde guerre mondiale, elle va supplanter largement la lavande qui est devenue trop chère dans les parfums pour détergents et lessives.

Lors de la 2 ème guerre mondiale, l'Huile Essentielle de lavandin a été la matière première de départ pour la fabrication du linalol, de l'acétate de linalyle, du citral, des ionones, méthylionones, citronnellal, et hydroxycitronnellal.

Le premier clonage du lavandin a donné le cultivar "Abrial" qui sera la base de l'industrie française des lavandins de 1920 à 1970. Malheureusement, ce cultivar a été attaqué par un micro-organisme pathogénique qui abaissera la durée de vie des plantations de 8-10 ans à 3-4 ans.

En 1972, "Abrial " sera remplacé par le "Grosso" qui est le cultivar dominant depuis 1975, avec aussi le "Super" découvert dans les Alpilles.

Description de la plante/arbre :

Par rapport aux lavandes, les plants du lavandin, beaucoup plus gros et en "boule", sont rigoureusement identiques du fait de l'hybridation.

L'altitude joue aussi un grand rôle dans la différenciation entre les deux espèces : tandis que le lavandin croît à toutes altitudes (du niveau de la mer à plus de 900 m), la vraie Lavande ne pousse qu'à partir de 350-400 m environ, jamais en dessous.

A noter également la différence de fleurs et de feuilles : on reconnaît la Lavande vraie à sa petite tige (30 à 40 cm environ) et à son épi de fleurs plus petit, couleur "lavande", tandis que la tige du Lavandin est plus longue (60 à 80 cm) et que son épi est plus gros, plus pointu et de couleur franchement violette; de plus il se caractérise par la présence de deux "épillets" latéraux, placés en bas.

Tous les lavandins portent une seule ramification sur la tige florale.

 

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Agreste, fleurie (lavande), camphrée
Couleur : Jaune clair
Densité (20°C) : [ 0.885 ; 0.899 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -7° ; -3° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.458 ; 1.462 ]
Principaux constituant : Linalol, acétate de linalyle, camphre, 1,8-cinéole


Lavandin super

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : France
Origine botanique : Lavandula angustifolia Mill. Subsp. angustifolia x L. latifolia Medik
Partie de la plante utilisée : Fleurs
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8022-15-9
CAS-EINECS : 91722-69-9
EINECS : 294-470-6
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2618) Hall,1965
RIFM Id : 190
   Lavandin super

Historique & origine :

Cette plante n'est utilisée industriellement que depuis 1920-1930, et après la seconde guerre mondiale, elle va supplanter largement la lavande qui est devenue trop chère dans les parfums pour détergents et lessives.

Lors de la 2 ème guerre mondiale, l'Huile Essentielle de lavandin a été la matière première de départ pour la fabrication du linalol, de l'acétate de linalyle, du citral, des ionones, méthylionones, citronnellal, et hydroxycitronnellal.

Le premier clonage du lavandin a donné le cultivar "Abrial" qui sera la base de l'industrie française des lavandins de 1920 à 1970. Malheureusement, ce cultivar a été attaqué par un micro-organisme pathogénique qui abaissera la durée de vie des plantations de 8-10 ans à 3-4 ans.

En 1972, "Abrial " sera remplacé par le "Grosso" qui est le cultivar dominant depuis 1975, avec aussi le "Super" découvert dans les Alpilles.

Description de la plante/arbre :

Par rapport aux lavandes, les plants du lavandin, beaucoup plus gros et en "boule", sont rigoureusement identiques du fait de l'hybridation.

L'altitude joue aussi un grand rôle dans la différenciation entre les deux espèces : tandis que le lavandin croît à toutes altitudes (du niveau de la mer à plus de 900 m), la vraie Lavande ne pousse qu'à partir de 350-400 m environ, jamais en dessous.

A noter également la différence de fleurs et de feuilles : on reconnaît la Lavande vraie à sa petite tige (30 à 40 cm environ) et à son épi de fleurs plus petit, couleur "lavande", tandis que la tige du Lavandin est plus longue (60 à 80 cm) et que son épi est plus gros, plus pointu et de couleur franchement violette; de plus il se caractérise par la présence de deux "épillets" latéraux, placés en bas.

Tous les lavandins portent une seule ramification sur la tige florale.

 

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Agreste, fleurie (lavande), camphrée
Couleur : Jaune clair
Densité (20°C) : [ 0.883 ; 0.899 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -9° ; -3° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.458 ; 1.462 ]
Principaux constituant : Linalol, acétate de linalyle, camphre, 1,8-cinéole


Litsea cubeba

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Chine
Origine botanique : Litsea cubeba (Lour.) Persoon
Partie de la plante utilisée : Fruits
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 68855-99-2
CAS-EINECS : 90063-59-5
EINECS : 290-018-7
CoE : Inclus sur la liste des substances Approuvées ( COE No. 491)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 18 ( 3846) Newberne,1998
   Litsea cubeba

Historique & origine :

Le Litsea cubeba est natif de Chine, Indonésie et autres contrées d'Extrême-Orient où il croit principalement dans les régions montagneuses.

Plus connue sous le nom de verveine exotique, le litsea cubeba est un arbuste tropical dont les petits fruits n'ont en commun avec le poivre que la forme, d'où le qualificatif de "cubeba". Car pour le reste, feuilles et fleurs dégagent une délicate odeur citronnée, évocatrice de fraîcheur et de temps dégagé. Son parfum fruité et suave, rappelant le citron avec en arrière plan une légère note florale entre dans la composition de parfums hespéridés.

Les racines et les tiges ont été utilisées pendant des siècles par les chinois pour traiter les problèmes d'indigestion, douleurs lombaires, refroidissements, maux de tête et mal des transports.

Les premières distillations des fruits n'ont été faites qu'à partir de 1950, et ont conduit à une HE plus fine, plus citronnée que celle du lemongrass qui était connue depuis longtemps.

 

Le saviez-vous ?

L'Huile Essentielles des feuilles du Litsea cubeba en application à 1,5% s'est révélée être un répulsif des termites efficace.

Description de la plante/arbre :

Le Litesa cubeba est un petit arbre tropical toujours vert, de 5 à 12 m de haut et dont le tronc a un diamètre de 6 à 20 cm maximum.

Les petits fruits qui émettent une odeur citronnée s'ils sont écrasés, ressemblent au poivre de cubèbe.

On cultive le Litsea cubeba en Asie du Sud-est et si les Chinois en consomment peu, cela ne les empêche pas d'en être les premiers producteurs.

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Citrée, fraîche, rappelant le citral et la verveine
Couleur : Jaune pâle à  foncé
Densité (20°C) : [0.863 ; 0.892]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+2° ; +12°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.4750 ; 1.4900]
Principaux constituant : Citral (néral + géranial), limonène


Mandarine Jaune

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Italie
Origine botanique : Citrus reticulata Blanco
Partie de la plante utilisée : Zeste
Mode d'obtention : Expression à  froid
  
  
CAS-TSCA : 8008-31-9
CAS-EINECS : 84929-38-4
EINECS : 284-521-0
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 142)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. (3041) Hall,1965
RIFM Id : 1095
   Mandarine Jaune

Historique & origine :

Les agrumes sont originaires du sud-est Asiatique (Chine du Sud, Vietnam, Assam et nord de la Birmanie).

Le mandarinier fut importé d'Indochine en 1828 et planté dans la partie occidentale du bassin méditerranéen puis diffusé dans tous les continents entre l'équateur et les latitudes 40°-54° Nord et Sud.

Il est fort probable la mandarine doive son nom, via l'italien "mandarino", aux puissants mandarins chinois à qui ce fruit était destiné.

 

Le saviez vous ?

Croisé avec l'oranger amer en Algérie par le Père Clément, le mandarinier a donné le clémentinier, dont le fruit est plus précoce et presque sans pépins.

Description de la plante/arbre :

Les mandariniers sont de petits arbres de 5 à 8 m de haut, plus ou moins épineux, à feuilles lancéolées.

Les fleurs axilliaires sont petites et blanches.

Leurs fruits souvent aplatis aux 2 pôles, ont une peau fine non adhérente de couleur orange à rouge.

Les pépins se particularisent par la couleur verte des embryons.

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Caractéristique de la mandarine, zesté, vigoureux et fruité
Couleur : Jaune à  verdâtre
Densité (20°C) : [0.8450 ; 0.8550]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+70° ; +80° ]
Indice de réfraction (20°C) : [1.4700 ; 1.4800 ]
Principaux constituant : Limonene, Alpha-pinene, Beta-pinene, Gamma-terpinene


Mandarine Rouge

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Italie
Origine botanique : Citrus reticulata Blanco
Partie de la plante utilisée : Zeste
Mode d'obtention : Expression à  froid
  
  
CAS-TSCA : 8008-31-9
CAS-EINECS : 84929-38-4
EINECS : 284-521-0
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 142)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. (3041) Hall,1965
RIFM Id : 1095
   Mandarine Rouge

Historique & origine :

Les agrumes sont originaires du sud-est Asiatique (Chine du Sud, Vietnam, Assam et nord de la Birmanie).

Le mandarinier fut importé d'Indochine en 1828 et planté dans la partie occidentale du bassin méditerranéen puis diffusé dans tous les continents entre l'équateur et les latitudes 40°-54° Nord et Sud.

Il est fort probable la mandarine doive son nom, via l'italien "mandarino", aux puissants mandarins chinois à qui ce fruit était destiné.

 

Le saviez vous ?

Croisé avec l'oranger amer en Algérie par le Père Clément, le mandarinier a donné le clémentinier, dont le fruit est plus précoce et presque sans pépins.

Description de la plante/arbre :

Les mandariniers sont de petits arbres de 5 à 8 m de haut, plus ou moins épineux, à feuilles lancéolées.

Les fleurs axilliaires sont petites et blanches.

Leurs fruits souvent aplatis aux 2 pôles, ont une peau fine non adhérente de couleur orange à rouge.

Les pépins se particularisent par la couleur verte des embryons.

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Caractéristique de la mandarine, fruité
Couleur : Rouge à  rouge foncé
Densité (20°C) : [0,843 ; 0,853]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ +69° ; +79°]
Indice de réfraction (20°C) : [1,4690 ; 1,4790]
Principaux constituant : Limonene, Alpha-pinene, Beta-pinene, Gamma-terpinene


Mandarine Verte

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Italie
Origine botanique : Citrus reticulata Blanco
Partie de la plante utilisée : Zeste
Mode d'obtention : Expression à  froid
  
  
CAS-TSCA : 8008-31-9
CAS-EINECS : 84929-38-4
EINECS : 284-521-0
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 142)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. (3041) Hall,1965
RIFM Id : 1095
   Mandarine Verte

Historique & origine :

Les agrumes sont originaires du sud-est Asiatique (Chine du Sud, Vietnam, Assam et nord de la Birmanie).

Le mandarinier fut importé d'Indochine en 1828 et planté dans la partie occidentale du bassin méditerranéen puis diffusé dans tous les continents entre l'équateur et les latitudes 40°-54° Nord et Sud.

Il est fort probable la mandarine doive son nom, via l'italien "mandarino", aux puissants mandarins chinois à qui ce fruit était destiné.

 

Le saviez vous ?

Croisé avec l'oranger amer en Algérie par le Père Clément, le mandarinier a donné le clémentinier, dont le fruit est plus précoce et presque sans pépins.

Description de la plante/arbre :

Les mandariniers sont de petits arbres de 5 à 8 m de haut, plus ou moins épineux, à feuilles lancéolées.

Les fleurs axilliaires sont petites et blanches.

Leurs fruits souvent aplatis aux 2 pôles, ont une peau fine non adhérente de couleur orange à rouge.

Les pépins se particularisent par la couleur verte des embryons.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Caractéristique de la mandarine, verte et fruité
Couleur : Vert à  vert foncé
Densité (20°C) : [ 0.8440 ; 0.8560 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ +69° ; +79°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.4700 ; 1.4800 ]
Principaux constituant : Limonene, Alpha-pinene, Beta-pinene, Gamma-terpinene


Marjolaine

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Origanum majorana L.
Partie de la plante utilisée : Feuilles
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8015-01-8
CAS-EINECS : 84082-58-6
EINECS : 282-004-4
FDA : Approuvé comme GRAS ( 21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 316)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2663) Hall,1965
RIFM Id : 460
   Marjolaine

Historique & origine :

La marjolaine est originaire d'Europe centrale et d'Asie mineure.

Elle était très cultivée il y a 3000 ans dans l'Égypte ancienne où on l'appelait la plante d'Osiris. Puis ensuite en Grèce et en Italie où d’après la légende gréco romaine, la Marjolaine aurait reçu son délicieux parfum et certainement toutes ses propriétés aromatiques, de la déesse de l’amour : Aphrodite. Elle couronnait alors la tête des jeunes mariés pour leur porter bonheur et favoriser leur fertilité … Et aujourd’hui encore on lui prête des vertus aphrodisiaques!

Elle était utilisée comme aromate et médicament. Sa culture s'est propagée à grande échelle en Sicile, à tel point que la cité de Marjora la garde encore en mémoire aujourd'hui sur ses armoiries et qu'elle lui a donné son nom latin Majorana .

Au Moyen Age, elle commence à être cultivée en France mais tombera peu à peu dans l'oubli à partir du XVIIe siècle où elle se fait dérober son nom par l'origan indigène commun (d'où des confusions séculaires qui persistent toujours), alors qu'elle reste utilisée dans les autres pays d'Europe centrale et méridionale.

Le nom Origanum, issu du grec "origanos" vient de "oros" = montagne et de "ganos" = éclat, c'est à dire plante ornant les montagnes.

 

 

Description de la plante/arbre :

Variétés cultivées : Il n'y a pas de sélection en France. La Hongrie produit les variétés "Uszodi" et "Francia", la Tchécoslovaquie "Marcelka", la Pologne "Mirasch". La marjolaine d'Egypte fait office de référence commerciale.

Description : Petite plante fragile, en touffes de 20 à 50cm de haut à odeur très aromatique, la marjolaine est vivace en Afrique du Nord, bisannuelle en région méditerranéenne mais ne se reproduit pas en région parisienne. Fleurs en juillet-août presque invisibles, blanc rosé, groupées en épis globuleux de bractées incurvées en coquille. Tige dressée, anguleuse et velue. Ses feuilles grisâtres velues sur les deux faces et les bractées en forme de petite coquille différencient la marjolaine de l'origan qui a des fleurs roses et pas de bractées en forme de coquille.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Epicée, aromatique
Couleur : Jaune à  jaune orangé
Densité (20°C) : [0.880 ; 0.910]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+12° ; +24°]
Indice de réfraction (20°C) : .[4700 ; 1.4780]
Principaux constituant : Sabinene, Terpinene-4-ol, Gamma-terpinene, Alpha-terpinene


Menthe arvensis

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Chine
Origine botanique : Mentha arvensis
Partie de la plante utilisée : Parties aériennes bourgeonnantes
Mode d'obtention : Distillation puis rectification partielle par cristallisation du Menthol.
  
  
CAS-TSCA : 68917-18-0
CAS-EINECS : 90063-97-1
EINECS : 290-058-5
CoE : inclus sur la Liste des substances Totalement approuvée ( COE No. 492)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 22 ( 4219) Smith,2005c
RIFM Id : 509
   Menthe arvensis

Historique & origine :

D'après Ovide, Mentha dérive de Mintha , nom grec d'une nymphe que Perséphone, jalouse, transforma en menthe.

Il semble que les Anciens utilisaient la menthe Pouliot.

Les Chinois vantaient les propriétés calmantes et antispasmodiques des menthes.

Hippocrate les jugeait aphrodisiaques et Pline appréciait leur action analgésique. Grecs et Romains se servaient de la menthe comme aide digestive, et en mettaient dans le lait pour l'empêcher de tourner.

 

Le saviez-vous ?

La menthe est utilisée comme répulsif des rats et souris qui détestent son odeur.

Description de la plante/arbre :

Le genre menthe est un des plus complexes du règne végétal à cause des très nombreux hybrides qui naissent du croisement spontané des espèces, que l'on peut sommairement distinguer de la manière suivante :

- les menthes en épi, aux fleurs en un épi terminal non feuillé

- les menthes basses, aux fleurs disposées en verticilles étagés à l'aisselle des feuilles pétiolées.

La menthe arvensis qui fait partie des menthes basses, est un hybride stérile, originaire du Japon et de la Chine, dont les caractéristiques sont :

      - Feuilles en paires, larges, faiblement découpées, souvent duveteuses, mais relativement lisses par rapport aux autres

        menthes.

      - Tige à section carrée.

      - Système racinaire rampant.

      - Fleurs de couleur rosée à lavande, en petits verticilles compacts, calice velu en cloche à dents égales larges et courtes,

        anneau de poils dans la corolle.

      - Ces groupements de fleurs ne se forment pas à l'extrémité des épis comme les autres menthes, mais dans l'entraxe des

        feuilles supérieures.

      - Floraison de mai à septembre et maturité des graines de juillet à octobre.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Mentholée
Couleur : Incolore à  jaune ambré
Densité (20°C) : [0,890 ; 0,908]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-24° ; -15°]
Indice de réfraction (20°C) : [1,457 ; 1,465]
Principaux constituant : 1,8-cineole, Limonene, Menthol, Menthone, Menthyl acetate, Neo-menthol, Piperitenone


Menthe poivrée

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : France
Origine botanique : Mentha piperita
Partie de la plante utilisée : Feuilles fraiches
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8006-90-4
CAS-EINECS : 84082-70-2
EINECS : 282-015-4
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la Liste des substances totalement approuvées ( COE No. 282)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2848) Hall,1965
RIFM Id : 275
   Menthe poivrée

Historique & origine :

D'après Ovide, Mentha dérive de Mintha , nom grec d'une nymphe que Perséphone, jalouse, transforma en menthe.

Il semble que les Anciens utilisaient la menthe Pouliot.

Les Chinois vantaient les propriétés calmantes et antispasmodiques des menthes.

Hippocrate les jugeait aphrodisiaques et Pline appréciait leur action analgésique. Grecs et Romains se servaient de la menthe comme aide digestive, et en mettaient dans le lait pour l'empêcher de tourner.

Il est possible que cet hybride de menthe poivrée ait voyagé d'Italie en Angleterre à l'époque de Shakespeare sous ses 3 formes, puisque Sole en 1780 la signale dans les jardins anglais (Surrey). De là, la variété Mitcham se répandra aux 4 coins du monde.

La production de menthe poivrée américaine débuta en 1816 à partir des plants importés d'Angleterre. Vers 1950, les cultures se concentrèrent autour des "mucklands" du Michigan, qui formaient à l'origine une région marécageuse.

 

Le saviez-vous ?

La menthe est utilisée comme répulsif des rats et souris qui détestent son odeur.

Description de la plante/arbre :

La menthe poivrée est un hybride stérile de la menthe aquatique Mentha aquatica et de la menthe douce Mentha viridis .

Elle n'est connue avec certitude que depuis la fin du XVIIIè siècle.

Toutes les menthes sont des plantes pérennes par l'émission de stolons qui marcottent.

La menthe poivrée atteint 60 cm de haut, et les tiges carrées verticales, pourprées ( rubescens ) ou blanches ( pallescens ) portent des feuilles odorantes lancéolées étroites vert foncé de 7cm. La face inférieure des feuilles présente parfois une fine couche de poils, et un grand nombre de poches glandulaires à essence. Fleurs violet-foncé le plus souvent, disposées en épis compacts de glomérules dans l'entraxe des feuilles supérieures.

Selon la couleur, la vigueur et la composition de l'HE, on peut différencier :

1) Mentha piperita (L.) var. piperata forma rubescens Camus ou menthe poivrée noire à tiges foncées, hybride de Mentha viridis L. x Mentha aquatica L., avec 2 sous-espèces: vulgaris (Mitcham) et sylvestris (Hongroise). Ses tiges sont plus épaisses et elle est plus haute que la menthe poivrée blanche. Plus robuste et plus prolifique en HE elle possède des petites feuilles vert foncé et lisses, une tige couleur pourpre foncé, et des fleurs pourpre clair.

2) Mentha piperita (L.) var. piperata forma pallescens ou menthe poivrée blanche à tiges claires (Romaine). Synonyme : Mentha piperita L. var. officinalis L. forma pallescens Camus

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Mentholée
Couleur : Incolore à jaune clair
Densité (20°C) : [0,899 ; 0,911]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-32° ; -18°]
Indice de réfraction (20°C) : [1,457 ; 1,465]
Principaux constituant : 1,8-cineole, Menthol, Menthone, Menthofurane


Néroli

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Tunisie
Origine botanique : Citrus aurantium, ssp amara
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d’eau
  
  
CAS-TSCA : 8016-38-4
CAS-EINECS : 72968-50-4
EINECS : 277-143-2
FDA : Approuvé comme GRAS ( 21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées ( COE No. 136)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2771) Hall,1965
   Néroli

Historique & origine :

Arbre natif de l'extrême Orient, il s'est répandu aux Indes et en Perse.
Inconnu des Romains, il fut introduit par les Arabes au Xè siècle dans les régions Méditerranéennes bien avant l'oranger doux, puis sur le continent Américain peu après sa découverte par Christophe Colomb.
L'orange douce arriva en Europe plus tard lors du retour au Portugal de l'explorateur Vasco de Gama.
Au XVIIè siècle, Anne-Marie de La Trémoille, épouse du prince de Néroli, aurait découvert une HE extraite de ses fleurs, dont elle parfumait ses gants, d'où l'origine du nom.
 
 
Le saviez-vous ? 
Le mot orange dérive de "naranja" des Arabes et du Sanscrit "nagarunga" qui signifie "fruit préféré des éléphants".

Ce sont les fleurs de l'oranger bigarade qui contiennent la précieuse huile essentielle de Néroli. Cette une huile essentielle rare et chère fait le bonheur des parfumeurs.

Description de la plante/arbre :

Arbre toujours vert pouvant atteindre 10 m de haut à feuilles vert foncé sur le dessus, plus claires dessous.
Par rapport à l'oranger doux, les feuilles sont plus étroitement lancéolées et pointues, à pétiole nettement ailé, et les fruits sont à peau rugueuse et à pulpe acide et amère.
Fleurs blanches à 5 pétales charnus, très odorantes en avril.
C'est le seul citrus qui puisse monter au nord de la limite des orangers (lacs italiens). Il suffit d'une petite chute de neige en mars, lorsque l'arbre entre en sève, pour provoquer défoliation et éclatement des charpentières

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Plaisante, Fleurie, rappelant la fleur d’oranger
Couleur : Jaune pale à  jaune ambré
Densité (20°C) : [0,863 ; 0,876]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+2° ; +11°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.464 ; 1.474]
Principaux constituant : Linalol, bêta-pinène, limonène, acétate de linalyle


Niaouli

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Madagascar
Origine botanique : Melaleuca quinquenervia cineolifera
Partie de la plante utilisée : Feuilles
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8014-68-8
CAS-EINECS : 132940-73-9
EINECS : 310-217-5
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2237) Hall,1965
RIFM Id : 7152
   Niaouli

Historique & origine :

Le genre Melaleuca compte quelque 150 espèces d'arbres et d'arbustes, plus connus sous le nom d'arbres à thé.

Leur nom latin vient de melas (noir) et leukos (blanc) : en effet, l'écorce est foncée sur le tronc et les branches anciennes, alors qu'elle est blanche sur les jeunes rameaux.

Sous le terme générique de tea tree, on désigne tout un ensemble d'espèces botaniques. Il s'agit d'une dénomination populaire qui a pour origine l'utilisation que firent les marins du célèbre Capitaine Cook au XVIIIème siècle en tant que substitut du thé qui leur faisait défaut.

Les tribus de Nouvelle Calédonie l'appelaient nyaüli, mot signifiant à la fois peau et écorce.

En Australie, la production d'Huile Essentielle de niaouli a cessé en 1970 à cause de la concurrence des Huiles Essentielles d'Eucalyptus de compositions voisines.

Description de la plante/arbre :

Arbre toujours vert de silhouette tortueuse de moyenne taille rarement supérieure à 20 m. 

L'écorce et le bois sont rosâtres. L'écorce est une matière première pour la fabrication de panneaux de fibres isolantes.

Les feuilles vertes, de 7 cm de long, pétiolées et lancéolées sont très caractéristiques avec leur cinq veines longitudinales (d'où le nom botanique quinquenerva ).

La floraison très abondante de février à mai attire les abeilles qui produisent un excellent miel.

Les épis floraux, blancs ou jaune-crème, en forme de " rince bouteilles " ont la particularité de continuer à pousser après la fructification et donnent de nouvelles branches feuillues.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Douce, fraîche, camphrée
Couleur : Incolore à jaune pale
Densité (20°C) : [ 0,902 ; 0,930 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -9 ; +5° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1,460 ; 1,474 ]
Principaux constituant : Oxydes terpéniques (dont 1, 8-cinéole à plus de 50%), monoterpénol (dont Linalol, A-Terpiénol et Viridiflor), Monoterpènes, Sesquiterpènes


Noix de muscade

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Sri lanka ou Indonésie
Origine botanique : Myristica fragans Houtt
Partie de la plante utilisée : Fruits séchés de l'amande
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8008-45-5
CAS-EINECS : 84082-68-8
EINECS : 282-013-3
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées N°296
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2793) Hall,1965
RIFM Id : 184
   Noix de muscade

Historique & origine :

La muscade nous vient des Iles Banda (Archipel des Moluques). Inconnue des Anciens, elle ne semble avoir fait son apparition en Occident qu'au début du moyen âge, importée par les arabes. Toutefois des fragments en auraient été trouvés dans des momies de l'Ancienne Egypte, peut-être employés à des fins d'embaumement.

Dès le XIIème siècle dans le nord de l'Europe, on utilise le macis (fort cher: en Angleterre une livre de macis coûtait la moitié d'une vache!). On en parle au XVIIIème siècle dans le roman de la rose.

Lisbonne fut jusqu'au XVIème siècle le centre de commerce de la muscade. Puis ce furent les hollandais qui en assurèrent le monopole (comme pour la cannelle) détruisant les muscadiers partout ailleurs que sur les Iles Banda, " le parc aux muscades".

En 1768, le muscadier fut transplanté par Pierre Poivre à l'ile Maurice et à la Réunion, puis introduit par les colons français en Guyane en 1772 d'où il parvint aux Antilles en 1820.

La noix de muscade jouissait d'un grand prestige auprès des médecins " pour fortifier le cerveau et les parties nobles".

L'origine du nom vient du latin "macir" = écorce aromatique, et du Grec "myristicos" = odorant.

 

Le saviez-vous ?

*   Pourquoi les noix muscade sont-elles chaulées ? L'histoire remonte au XVIIè siècle, du temps du monopole des Hollandais qui les enduisaient de chaux pour les stériliser et éviter ainsi de les replanter ailleurs que dans l'île de Banda. Cette pratique est encore pratiquée de nos jours pour limiter l'attaque par les vers et pour obtenir l'aspect cérusé.

*   La noix de muscade est un narcotique qui, absorbé à forte dose, provoquerait des hallucinations et pourrait être mortel ! (2 noix).

Description de la plante/arbre :

Le muscadier aromatique est un arbre touffu pyramidal atteignant 10 à 20 m de haut, toujours vert rappelant par son port le poirier.

Les feuilles lancéolées sont persistantes, alternes et luisantes.

L'arbre est dioïque, certains pieds ne portant que des fleurs mâles, d'autres que des fleurs femelles, les unes et les autres groupées en grappes rameuses. Elles donnent un fruit ressemblant par la grosseur à un abricot. Arrivé à maturité, ce fruit s' ouvre en deux valves pour libérer une graine, un noyau plus exactement, très dur : la noix muscade .

Cette graine est elle-même recouverte d'une enveloppe charnue: l'arille dont la couleur rouge-vif brillant tranche sur le brun de la muscade.

Cette arille, particulièrement riche en essence aromatique est vendue dans le commerce sous le nom de macis ou de fleur de muscade. Pour l'obtenir, on sépare le macis de la graine, on le trempe dans l'eau salée pour le conserver, puis on le fait sécher. Il prend alors l'aspect d'une substance mucilagineuse épaisse, douée d'une odeur pénétrante et d'une saveur âcre très aromatique. Sous le macis, se trouve un tégument ligneux qu'il faut briser pour en extraire l'amande, c'est-à-dire la noix muscade. La chair de la noix est huileuse (25 % de lipides ou beurre de muscade).

L'amande peut être tranchée au couteau et facilement râpée, son intérieur apparaît alors veiné et marbré, parcouru de lignes brun rougeâtre.

Le macis est l'arille de l'enveloppe de la noix muscade. Dans son état naturel, il se présente comme un ruban cramoisi et brillant long de 35 mm entourant la noix muscade brune, en lobes charnus et irréguliers. En séchant, il développe son arôme caractéristique, mais perd sa couleur rouge brillante . Le macis des Antilles est brun jaunâtre et avec moins de trous que celui des Indes Orientales, lequel devient plus orangé lorsqu'il sèche. Le macis de l'une ou l'autre provenance, peut devenir cassant et calleux, quoique le macis de la meilleure qualité garde une certaine flexibilité, et secrète un peu d'huile lorsqu'il est pressé. Il est aplati et quelquefois grossièrement brisé en 'lames'. Il est aussi vendu moulu et quelquefois, enveloppant encore la noix muscade.

Description du produit :

Etat physique : Liquide
Odeur : Boisée, épicée, douce
Couleur : Incolore à  jaune pale
Densité (20°C) : [0,850 ; 0,923]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+6° ; +30°]
Indice de réfraction (20°C) : [1,470 ; 1,488]
Principaux constituant : Sabinène, pinènes, myristicine


Orange Bigarade

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Italie
Origine botanique : Citrus aurantium
Partie de la plante utilisée : Zeste
Mode d'obtention : Expression à  froid
  
  
CAS-TSCA : 68916-04-1
CAS-EINECS : 72968-50-4
EINECS : 277-143-2
FDA : Approuvé comme GRAS ( 21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées ( COE No. 136)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2823) Hall,1965
RIFM Id : 233
   Orange Bigarade

Historique & origine :

Arbre natif de l'extrême Orient, il s'est répandu aux Indes et en Perse. Inconnu des Romains, il fut introduit par les Arabes au Xè siècle dans les régions Méditerranéennes bien avant l'oranger doux, puis sur le continent Américain peu après sa découverte par Christophe Colomb. L'orange douce arriva en Europe plus tard lors du retour au Portugal de l'explorateur Vasco de Gama.

Au XVIIè siècle, Anne-Marie de La Trémoille, épouse du prince de Néroli, aurait découvert une HE extraite de ses fleurs, dont elle parfumait ses gants, d'où l'origine du nom.

 

Le saviez-vous ?

Le mot orange dérive de "naranja" des Arabes et du Sanscrit "nagarunga" qui signifie "fruit préféré des éléphants".

Description de la plante/arbre :

Arbre toujours vert pouvant atteindre 10 m de haut à feuilles vert foncé sur le dessus, plus claires dessous. Par rapport à l'oranger doux, les feuilles sont plus étroitement lancéolées et pointues, à pétiole nettement ailé, et les fruits sont à peau rugueuse et à pulpe acide et amère.

Fleurs blanches à 5 pétales charnus, très odorantes en avril. C'est le seul citrus qui puisse monter au nord de la limite des orangers (lacs italiens). Il suffit d'une petite chute de neige en mars, lorsque l'arbre entre en sève, pour provoquer défoliation et éclatement des charpentières

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Caractéristique
Couleur : Jaune foncé à jaune olive ou jaune brunâtre pâle
Densité (20°C) : [0.8400 ; 0.8600]
Indice de réfraction (20°C) : [1.4680 ;1.4800]
Principaux constituant : Limonene, Linalool, Linalyl acetate, Myrcene


Orange douce

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Italie, Brésil, Afrique du sud ...
Origine botanique : Citrus sinensis
Partie de la plante utilisée : Zeste
Mode d'obtention : Expression à  froid
  
  
CAS-TSCA : 8008-57-9
CAS-EINECS : 8028-48-6
EINECS : 232-433-8
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 143)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2825) Hall,1965
RIFM Id : 192
   Orange douce

Historique & origine :

Originaire de Chine, l'oranger doux s'est répandu aux Indes au début de l'ère Chrétienne.

Les Arabes l'emportèrent en Syrie, Egypte et Palestine. De là, il a été introduit par les Portuguais dans le bassin méditerranéen au XVè siècle bien après l'oranger amer ou bigaradier.

Les agrumes arrivèrent en Floride avant 1565, mais devinrent une importante industrie seulement après que la Floride fut cédée par L' Espagne en 1821.

Considérée comme un fruit précieux, elle est cultivée à l’abri dans des orangeries. Versailles l’apprécie beaucoup et réserve ses récoltes aux membres privilégiés de la cour.

 

Le saviez vous ?

Le mot orange vient de narangja des Arabes, emprunté au Sanscrit nagarunga qui signifie " fruit préféré des éléphants ".

Description de la plante/arbre :

Arbre au feuillage persistant d'environ 6 m de haut, plus petit que l'oranger amer ou bigaradier.

Les petites fleurs blanches parfumées sont hermaphrodites et sont pollinisées par les insectes. La plante est donc auto fertile. Rameaux non épineux, feuilles ovales, pointues et coriaces, vert foncé brillant sur le dessus, plus claires sur le dessous.

Fruits oranges ou rougeâtres, sphériques à écorce luisante, avec ou sans pépins selon la variété. Pulpe juteuse, sucrée et peu acidulée.

La graine (ou pépin) est dépourvue d'albumen.

Description du produit :

Etat physique : Liquide limpide mobile
Odeur : Fraîche, douce, sirupeuse, caractéristique
Couleur : Jaune à  orangé
Densité (20°C) : [0,8380 ; 0,8500]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+94° ; + 99°]
Indice de réfraction (20°C) : [1,4680 ; 1,4800]
Principaux constituant : Citral (Geranial, Neral), Citronellal, Limonene, Linalool, Alpha-pinene


Orange Tarocco

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Italie
Origine botanique : Citrus sinensis
Partie de la plante utilisée : Zeste
Mode d'obtention : Expression à  froid
  
  
CAS-TSCA : 8008-57-9
CAS-EINECS : 8028-48-6
EINECS : 232-433-8
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 143)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2825) Hall,1965
RIFM Id : 192
   Orange Tarocco

Historique & origine :

Originaire de Chine, l'oranger doux s'est répandu aux Indes au début de l'ère Chrétienne.

Les Arabes l'emportèrent en Syrie, Egypte et Palestine. De là, il a été introduit par les Portuguais dans le bassin méditerranéen au XVè siècle bien après l'oranger amer ou bigaradier.

Les agrumes arrivèrent en Floride avant 1565, mais devinrent une importante industrie seulement après que la Floride fut cédée par L' Espagne en 1821.

Considérée comme un fruit précieux, elle est cultivée à l’abri dans des orangeries. Versailles l’apprécie beaucoup et réserve ses récoltes aux membres privilégiés de la cour.

La  Tarocco est une variété d'orange sangine produite quasiment exclusivement en Sicile

 

Le saviez vous ?

Le mot orange vient de narangja des Arabes, emprunté au Sanscrit nagarunga qui signifie " fruit préféré des éléphants ".

Le nom TAROCCO serait tiré d’une exclamation d’étonnement exprimé par un fermier à qui l’on a montré ce fruit.

Description de la plante/arbre :

Arbre au feuillage persistant d'environ 6 m de haut, plus petit que l'oranger amer ou bigaradier.

Les petites fleurs blanches parfumées sont hermaphrodites et sont pollinisées par les insectes. La plante est donc auto fertile. Rameaux non épineux, feuilles ovales, pointues et coriaces, vert foncé brillant sur le dessus, plus claires sur le dessous.

Les oranges Tarocco sont des oranges à pigments rouge (anthocyanes)

La Tarocco est un fruit de taille moyenne, très doux et savoureux et particulièrement populaire en Italie. Elle aurait été obtenue à partir d'une mutation de la Sanguinello. Sa richesse en vitamine C est sans doute la plus élevée des différentes variétés d'orange développées dans le monde principalement à cause du sol fertile entourant  le Mont Etna. Car, les fruits mûrissent avant d'être cueillis à maturité, de décembre à mars.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Fraîche, douce, sirupeuse, caractéristique
Couleur : Jaune à  orange - rouge
Densité (20°C) : [0,8380 ; 0,8500]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [+90° ; +100°]
Indice de réfraction (20°C) : [1,4680 ; 1,4800]
Principaux constituant : Citral (Geranial, Neral), Citronellal, Limonene, Linalool, Alpha-pinene


Palmarosa

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Inde
Origine botanique : Cymbopogon martinii
Partie de la plante utilisée : Herbe partiellement séchée
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8014-19-5
CAS-EINECS : 84649-81-0
EINECS : 283-461-2
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus dans la list des substances accordées : Admissble (N°40)
FEMA : Généralement reconnu comme Arôme alimentaire SUR - GRAS 3. ( 2831) Hall,1965
RIFM Id : 418
   Palmarosa

Historique & origine :

Très connue aux Indes depuis les temps anciens, les feuilles de Palmarosa servaient à parfumer l'eau des bains, et à faire des onguents en application médicinale externe pour soigner les coups et blessures.

Cette plante arrive en Europe dès le Moyen-Age, via la Turquie (Constantinople), puis les Portugais vers le 16éme siècle firent commerce de son Huile Essentielle qui sera appelée par erreur "Essence de géranium Inde ou Essence de géranium Turc", car utilisée pour l'adultération de la véritable essence de rose de Damas.

Par la suite, elle va devenir une source importante de notes rosées largement utilisées dans les parfums bon marché ou en savonnerie en remplacement de l'Huile Essentielle de rose véritable.

Description de la plante/arbre :

Comme tous les cymbopogons, le palmarosa est une herbe aromatique de 2,5 m de haut qui présente de longues feuilles étroites et pointues à pli central et à bord coupant, qui dégagent une odeur rosée.

Tiges hautes et minces.

Les inflorescences sont linéaires en panicules de 10-20 cm de long devenant rougeâtres à maturité (août-septembre). Fructification en novembre.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Douce, fleurie, rosée
Couleur : Jaune pâle à  jaune ambré
Densité (20°C) : [0.875 ; 0.895]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-5° ; +5°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.4710 ; 1.4781]
Principaux constituant : Geraniol, Geranyl acetate


Patchouli Brut

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Indonésie
Origine botanique : Pogostemon cablin Benth
Partie de la plante utilisée : Feuilles
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'eau
  
  
CAS-TSCA : 8014-09-3
CAS-EINECS : 84238-39-1
EINECS : 282-493-4
FDA : Approuvé comme Arôme ( 21 CFR 172.510)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 353)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 2838) Hall,1965
RIFM Id : 193
   Patchouli Brut

Historique & origine :

Le patchouli est une plante tropicale originaire des Philippines et de l'Indonésie.

Il n'a jamais intéressé le monde antique, mais fut utilisé longtemps en Asie comme répulsif contre les mites.

A ce titre, il entra en Europe au XVIIè siècle dans les cargaisons de soies fines, et ne fut réellement découvert qu'avec la parfumerie moderne vers 1840 aux Philippines par les botanistes occidentaux.

Il ne fallut pas longtemps pour découvrir ses remarquables propriétés de fixateur, et l'Huile Essentielle de patchouli devint vite un ingrédient incontournable comme constituants des parfums et cosmétiques.

 

Son nom vient du tamoul patch = vert , et ilai = feuille, soit en anglais " patchleaf " devenu patchouli.

Description de la plante/arbre :

La plante de 60 à 120 cm de haut, est une herbacée aromatique et pérenne, avec des tiges à section carrée recouvertes de poils, de grandes feuilles et petites fleurs roses.

Les feuilles sont opposées, ovales, dentelées, tomenteuses surtout sur le dessous, et qui tombent à maturité. Leur taille à maturité est de 5-10 x 2,5-8 cm, la couleur vert clair à vert foncé, qui peut varier considérablement selon le lieu ou le cultivar.

L'Huile Essentielle est située dans des glandes sous les feuilles.

Description du produit :

Etat physique : Liquide visqueux
Odeur : Chaude, boisée
Couleur : Jaune à  marron
Densité (20°C) : [ 0.952 ; 0.975 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -60° ; -40° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.505 ; 1.515 ]
Principaux constituant : Patchoulol, alpha-patchoulene, bêta-caryophyllene, bêta-patchoulene, bêta-elemene, norpatchoulenol, pogostol.


Patchouli DM

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Indonésie
Origine botanique : Pogostemon cablin Benth
Partie de la plante utilisée : Feuilles
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8014-09-3
CAS-EINECS : 84238-39-1
EINECS : 282-493-4
FDA : Approuvé comme Arôme ( 21 CFR 172.510)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 353)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 2838) Hall,1965
RIFM Id : 193
   Patchouli DM

Historique & origine :

Le patchouli est une plante tropicale originaire des Philippines et de l'Indonésie.

Il n'a jamais intéressé le monde antique, mais fut utilisé longtemps en Asie comme répulsif contre les mites.

A ce titre, il entra en Europe au XVIIè siècle dans les cargaisons de soies fines, et ne fut réellement découvert qu'avec la parfumerie moderne vers 1840 aux Philippines par les botanistes occidentaux.

Il ne fallut pas longtemps pour découvrir ses remarquables propriétés de fixateur, et l'Huile Essentielle de patchouli devint vite un ingrédient incontournable comme constituants des parfums et cosmétiques.

 

Son nom vient du tamoul patch = vert , et ilai = feuille, soit en anglais " patchleaf " devenu patchouli.

Description de la plante/arbre :

La plante de 60 à 120 cm de haut, est une herbacée aromatique et pérenne, avec des tiges à section carrée recouvertes de poils, de grandes feuilles et petites fleurs roses.

Les feuilles sont opposées, ovales, dentelées, tomenteuses surtout sur le dessous, et qui tombent à maturité. Leur taille à maturité est de 5-10 x 2,5-8 cm, la couleur vert clair à vert foncé, qui peut varier considérablement selon le lieu ou le cultivar.

L'Huile Essentielle est située dans des glandes sous les feuilles.

Description du produit :

Etat physique : Liquide plus ou moins visqueux
Odeur : Boisée, humide, tenace
Couleur : Jaune pale à  foncé
Densité (20°C) : [ 0.950 ; 0.970 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -55° ; -49° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.499 ; 1.519 ]
Principaux constituant : Patchoulol, alpha-patchoulene, bêta-caryophyllene, bêta-patchoulene, bêta-elemene, norpatchoulenol, pogostol.


Petitgrain Bigarade

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Citrus aurantium
Partie de la plante utilisée : Feuilles et rameaux
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8016-44-2
CAS-EINECS : 72968-50-4
EINECS : 277-143-2
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées ( COE No. 136)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2855) Hall,1965
RIFM Id : 194
   Petitgrain Bigarade

Historique & origine :

Arbre natif de l'extrême Orient, il s'est répandu aux Indes et en Perse. Inconnu des Romains, il fut introduit par les Arabes au Xè siècle dans les régions Méditerranéennes bien avant l'oranger doux, puis sur le continent Américain peu après sa découverte par Christophe Colomb. L'orange douce arriva en Europe plus tard lors du retour au Portugal de l'explorateur Vasco de Gama.

Au XVIIè siècle, Anne-Marie de La Trémoille, épouse du prince de Néroli, aurait découvert une HE extraite de ses fleurs, dont elle parfumait ses gants, d'où l'origine du nom.

 

Le saviez-vous ?

Le mot orange dérive de "naranja" des Arabes et du Sanscrit "nagarunga" qui signifie "fruit préféré des éléphants".

Description de la plante/arbre :

Arbre toujours vert pouvant atteindre 10 m de haut à feuilles vert foncé sur le dessus, plus claires dessous. Par rapport à l'oranger doux, les feuilles sont plus étroitement lancéolées et pointues, à pétiole nettement ailé, et les fruits sont à peau rugueuse et à pulpe acide et amère.

Fleurs blanches à 5 pétales charnus, très odorantes en avril. C'est le seul citrus qui puisse monter au nord de la limite des orangers (lacs italiens). Il suffit d'une petite chute de neige en mars, lorsque l'arbre entre en sève, pour provoquer défoliation et éclatement des charpentières

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Puissante, agréable, éthérée
Couleur : Incolore à  jaune pale
Densité (20°C) : [0.881 ; 0.893 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-6° ; -1° ]
Indice de réfraction (20°C) : [1.455 ; 1.465 ]
Principaux constituant : Geraniol, Geranyl acetate, Limonene, Linalool, Linalyl acetate, Ocimene, Alpha-terpineol


Petitgrain Mandarinier

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Citrus reticulata
Partie de la plante utilisée : Feuilles et rameaux
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8014-17-3
CAS-EINECS : 84929-38-4
EINECS : 284-521-0
FDA : Approuvé comme GRAS ( 21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées (COE No. 142)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2854) Hall,1965
RIFM Id : 6423
   Petitgrain Mandarinier

Historique & origine :

Les agrumes sont originaires du sud-est Asiatique (Chine du Sud, Vietnam, Assam et nord de la Birmanie).

Le mandarinier fut importé d'Indochine en 1828 et planté dans la partie occidentale du bassin méditerranéen puis diffusé dans tous les continents entre l'équateur et les latitudes 40°-54° Nord et Sud.

Description de la plante/arbre :

Les mandariniers sont de petits arbres de 5 à 8 m de haut, plus ou moins épineux, à feuilles lancéolées.

Les fleurs axilliaires sont petites et blanches.

Leurs fruits souvent aplatis aux 2 pôles, ont une peau fine non adhérente de couleur orange à rouge. Les pépins se particularisent par la couleur verte des embryons.

Croisé avec l'oranger amer en Algérie par le Père Clément, le mandarinier a donné le clémentinier, dont le fruit est plus précoce et presque sans pépins. Mais il est tout à fait possible, dans l'état des connaissances agronomiques actuelles, d'obtenir des mandarines sans pépins.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Fruité, amer
Couleur : Jaune pâle à  Jaune Orangé
Densité (20°C) : [0.970 ; 1.040]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [0° ; +15°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.5240 ;1.5470 ]
Principaux constituant : p-cymene, Methyl N-methyl anthranilate, Limonene, Alpha-pinene, Beta-pinene, Gamma-terpinene


Petitgrain Paraguay

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Paraguay
Origine botanique : Citrus aurantium
Partie de la plante utilisée :  Feuilles et rameaux
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8016-44-2
CAS-EINECS : 72968-50-4
EINECS : 277-143-2
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées ( COE No. 136)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2855) Hall,1965
RIFM Id : 194
   Petitgrain Paraguay

Historique & origine :

Arbre natif de l'extrême Orient, il s'est répandu aux Indes et en Perse. Inconnu des Romains, il fut introduit par les Arabes au Xè siècle dans les régions Méditerranéennes bien avant l'oranger doux, puis sur le continent Américain peu après sa découverte par Christophe Colomb. L'orange douce arriva en Europe plus tard lors du retour au Portugal de l'explorateur Vasco de Gama.

Au XVIIè siècle, Anne-Marie de La Trémoille, épouse du prince de Néroli, aurait découvert une HE extraite de ses fleurs, dont elle parfumait ses gants, d'où l'origine du nom.

 

Le saviez-vous ?

Le mot orange dérive de "naranja" des Arabes et du Sanscrit "nagarunga" qui signifie "fruit préféré des éléphants".

Description de la plante/arbre :

Arbre toujours vert pouvant atteindre 10 m de haut à feuilles vert foncé sur le dessus, plus claires dessous. Par rapport à l'oranger doux, les feuilles sont plus étroitement lancéolées et pointues, à pétiole nettement ailé, et les fruits sont à peau rugueuse et à pulpe acide et amère.

Fleurs blanches à 5 pétales charnus, très odorantes en avril. C'est le seul citrus qui puisse monter au nord de la limite des orangers (lacs italiens). Il suffit d'une petite chute de neige en mars, lorsque l'arbre entre en sève, pour provoquer défoliation et éclatement des charpentières

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Puissante, agréable, éthérée
Couleur : Incolore à  jaune pale
Densité (20°C) : [0.881 ; 0.893 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-6° ; -1° ]
Indice de réfraction (20°C) : [1.455 ; 1.465 ]
Principaux constituant : Geraniol, Geranyl acetate, Limonene, Linalool, Linalyl acetate, Ocimene, Alpha-terpineol


Pin de Sibérie

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Russie
Origine botanique : Abies sibirica
Partie de la plante utilisée : Aiguilles
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8021-29-2
CAS-EINECS : 91697-89-1
EINECS : 294-351-9
FDA : Approuvé comme Arôme ( 21 CFR 172.510)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées ( COE No. 5)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2905)
RIFM Id : 162
   Pin de Sibérie

Historique & origine :

Espèce native de Sibérie qui fut introduite en Europe en 1820.

Le nom Abies vient du grec "abin" signifiant "qui vit longtemps". Sapin vient du latin sappinus", croisement avec le latin "pinus" et le gaulois "sappus".

Description de la plante/arbre :

Arbre de taille moyenne à cime conique de 15 à 20 m, mais qui peut atteindre 40 m, avec tronc jusqu'à 1 m de diamètre et écorce grise, lisse, à poches de résine.

Feuilles en aiguilles droites, étroites de 3-4 cm de long pour celles qui sont sous le rameau et 1,5-3 cmpour celles qui sont sur le dessus.

Fleurs: pollinisation en mai.

Fruit: cône de 6-8 cm, cylindrique, d'abord bleuâtre puis roux, résineux.

Graines de 7 mm à aile bleuâtre de 1 cm qui mûrissent en octobre - novembre.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Caractéristique
Couleur : Incolore à  jaune pâle
Densité (20°C) : [0.872 ; 0.910]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-56° ; - 20°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.466 ; 1.478]
Principaux constituant : Bornyl acetate, Camphene, (+)-3-carene, Alpha-pinene


Poivre noir

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Madagascar
Origine botanique : Piper nigrum
Partie de la plante utilisée : Fruit séché, non mûri
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8006-82-4
CAS-EINECS : 84929-41-9
EINECS : 284-524-7
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste des substances totalement approuvées (No. 347)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2845) Hall,1965
RIFM Id : 324
   Poivre noir

Historique & origine :

Originaire du Sud-ouest de l'Inde (Malabar), les écrits Sanscrit anciens le mentionnent au IVème siècle avant J.C.

Au VIème siècle avant J.C., le philosophe et savant grec Théophraste le mentionne sous le nom de peperi, venu du Sanskrit pippali et en distingue 2 espèces : le long et le rond.

Pendant des siècles, il a servi de monnaie d'échange : en 408, Alaric, le roi des Wisigoths, entra en vainqueur dans Rome où il se fit remettre une tonne de poivre, prise d'une valeur colossale à l'époque.

Le poivre est l' épice la plus largement utilisée en Occident, et le poivrier est aujourd'hui cultivé dans toutes les régions tropicales.

 

Le saviez-vous ?

Quelles sont les différences entre les poivres noir, blanc, vert, rose ?

- Poivre noir : les baies sont cueillies lorsqu'elles commencent à jaunir, mises à fermenter pendant quelques jours, puis séchées au soleil. Leur enveloppe se ride et devient noire

- Poivre blanc : les baies sont cueillies bien rouges à maturité, puis mises à tremper dans l'eau pour ramollir l'enveloppe que l'on sépare : on récupère alors les graines qui sont mises à sécher jusqu'à ce qu'elles blanchissent.

- Poivre vert : les baies encore vertes et laiteuses sont cueillies avant qu'elles ne soient mûres, et vendues fraîches, séchées, ou conservées dans du vinaigre ou du sel, ou encore surgelées sous vide.

- Poivre rose : n'a rien à voir avec le poivrier. Il s'agit des baies d'un arbre originaire d'Amérique du Sud : le " faux poivrier " ou Shinus molle.

Description de la plante/arbre :

Il se présente sous la forme d'une liane pérenne à feuillage persistant, dont les racines adventives permettent à la plante de se fixer sur les arbres ou sur un tuteur. La partie aérienne pouvant atteindre 10 m de hauteur comprend 3 sortes de bois :

- Des stolons qui rampent sur le sol

- Des tiges orthotropes (ou de charpente)

- Des tiges plagiotropes (ou fructifères)

L'inflorescence se présente comme un épi pendant de 20 à 50 fleurs donnant des baies vertes virant au jaune puis au rouge avec la maturité.

Le fruit est une baie sessile de 4 à 8 mm de diamètre d'abord verte, puis jaune et enfin rouge à maturité.

On trouve à l'état sauvage un grand nombre de variétés de Piper nigrum dues à la propagation par graines des fruits consommés par les oiseaux. Depuis des siècles de culture, l'homme a sélectionné des plants plus productifs, multipliés par bouturage : ceux produisant un fort pourcentage de fleurs bisexuées. Dans cette sélection, deux catégories se distinguent :

1 - Celles à grandes feuilles, entre-noeuds longs et petites baies (type Lampong ou Kawur)

2 - Celles à petites feuilles, entre-noeuds plus courts et grosses baies (type Muntok ou Bangka)

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Légèrement épicée, caractéristique
Couleur : Incolore à  jaune vert
Densité (20°C) : [0.864 ; 0.884]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-18° ; +20°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.475 ; 1.490]
Principaux constituant : (+)-3-carene, Beta-caryophyllene, Limonene, Alpha-pinene, Beta-pinene, Sabinene


Romarin

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Tunisie
Origine botanique : Rosmarinus officinalis
Partie de la plante utilisée : Tiges florissantes fraîches
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8000-25-7
CAS-EINECS : 84604-14-8
EINECS : 283-291-9
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus par le Conseil de l'Europe dans la liste de substances approuvées (406)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2992) Hall,1965
RIFM Id : 222
   Romarin

Historique & origine :

Connu depuis l'antiquité, le romarin était déjà associé aux rites funéraires de l'ancienne Egypte par les embaumeurs, puis par les Athéniens et les Romains chez qui il symbolisait l'immortalité. Il était dédié à Vénus.

Cette plante balsamique est citée dans le Capitulaire de Villis, et fut introduite dans les jardins de plantes médicinales dès le Moyen Age où il figure sur les plans du jardin du monastère de Saint-Gall datant du IXème siècle.

Ses propriétés médicamenteuses figurent dans les traités de médecine Arabe du 13ème siècle (Cogliati, 1976), mais il tire sa renommée de la fameuse "Eau de la Reine de Hongrie" qui âgée de 72 ans et infirme des deux membres, reçut d'un ermite cet élixir de jouvence. Retrouvant ainsi sa jeunesse et sa beauté passée, elle fut alors demandée en mariage par le Roi de Pologne.

 

Le saviez vous ?

La légende explique la couleur bleue des petites fleurs de romarin, en racontant que juste avant de donner naissance à Jésus, la Vierge Marie aurait jeté sa cape bleue sur un romarin qui poussait à l’entrée de l’étable… Et c’est ainsi, que de blanches, les fleurs du romarin sont devenues bleues !

Description de la plante/arbre :

Le romarin est un petit arbuste mesurant de 60 cm à 1,5 m.

Chaque plant est très touffu, formé de nombreux rameaux.

Ses petites feuilles en forme d'aiguille restent vertes toute l'année. Elles sont étroites, opposées, fort nombreuses et leur face intérieure est blanchâtre.

La tige devient ligneuse après 2 ans.

Ses fleurs, d'un bleu pâle le plus souvent sont maculées intérieurement de violet. Elles sont disposées en courtes grappes denses.

La floraison du romarin peut s'étaler sur toute l'année au fur et à mesure de l'anthèse des boutons floraux.

Il y a plusieurs variétés ornementales, certaines rampantes ( Prostratus, ang : creeping rosemary), à fleurs bleues (Tuscan blue), roses ou blanches, et des variétés résistantes au froid (Arp et Hill Hardy)

 

Le saviez-vous ?

Les abeilles qui butinent les romarins élaborent un excellent miel dit "de Narbonne" au goût fort et très parfumé.

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Agreste, camphrée, cinéolée
Couleur : Incolore à jaune très pâle
Densité (20°C) : [ 0.907 ; 0.920 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -2° ; +5°]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.464 ; 1.470]
Principaux constituant : Cinéol 1-8, alpha and bêta pinéne, camphre


Rose

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Bulgarie
Origine botanique : Rosa Damascena
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8007-01-0
CAS-EINECS : 90106-38-0
EINECS : 290-260-3
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus par le Conseil de l'Europe dans la liste de substances approuvées ( COE No. 405)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2989) Hall,1965
RIFM Id : 425
   Rose

Historique & origine :

Si selon les géologues et paléontologues, la rose est apparue sur terre avant l'homme, il est admis que la trace de l'églantier se trouve au XIIème siècle avant J.C. Il s'agissait de Rosa gallica , rose souche, mère de nombreuses roses modernes, que les Grecs ont su greffer pour obtenir, d'après Hérodote, une rose à 15 et même 20 pétales.

La Syrie est son pays d'origine. Au 10ème siècle, le médecin Perse Annicenne distilla cette rose et une distillerie fonctionna en 1612 à Shiraz en Perse.

Le rosier de Damas cultivé par les Perses, a été rapporté en Europe par les croisés. Le chevalier Robert de Brie l'aurait plantée dans les jardins de son château en Champagne entre 1254 et 1276. Elle fut introduite en Bulgarie vers 1500 lors de l'invasion de la péninsule des Balkans par les turcs, mais sa culture n'a débuté que dans la deuxième moitié du XVIIème siècle. Ce n'est que vers 1894 que cette rose fut transportée de Bulgarie en Turquie sous le nom de rose de Kazanlik.

D'après Topalov (1964) la rose de Kazanlik est différente de la rose de Damas d'origine.

 

Les allusions d'Homère relatives à la rose dans l' Iliade et l' Odyssée sont les premières archives, et Sappho, la poétesse grecque, écrivant autour de 600 avant J.C., choisit la Rose comme la reine des fleurs.

La première préparation d'eau de rose par Avicenne intervint au dixième siècle. Ce fut entre 1582 et 1612 que l'essence de rose Otto fut mise au point, comme décrit dans deux histoires distinctes du grand Mongol, en faisant une double distillation afin de récupérer de l'alcool phényléthylique solubilisé dans les eaux de la première distillation.

 

Le saviez vous ?

Le mot rosa vient du mot grecque rodon (rouge), et la rose des Anciens était couleur d'un pourpre profond, qui probablement suggéra la légende de sa source provenant du sang d'Adonis.

Description de la plante/arbre :

Arbuste assez haut aux branches habituellement couvertes d'épines irrégulières, les plus grandes en forme de faux, mélangées avec des soies.

Feuilles, composées de cinq ou sept folioles lisses sur le dessus, pubescentes ou poilues sur le dessous; simplement dentées. Tiges, hispides, glanduleuses.

Fleurs roses en touffes ouvertes et multiflores, plus longues que les feuilles, odorantes, sépales poilues ou glanduleuses, plus courtes que les pétales.

Les principes odorants s'accumulent dans les cellules de la couché épidermique des pétales. Leur taux est maximum entre 7 et 9 heures du matin.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Caractéristique
Couleur : Jaune clair à  foncé
Densité (20°C) : [ 0.8480 ; 0.8610 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -5° ; -2° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.4530 ; 1.4640 ]
Principaux constituant : Citronellol, Damascenone, Geraniol, Linalool, Phenylethyl alcohol, Terpinene-4-ol


Santal Inde

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Inde
Origine botanique : Sandalum album
Partie de la plante utilisée : Bois
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8006-87-9
CAS-EINECS : 84787-70-2
EINECS : 284-111-1
FDA : Approuvé comme Arôme ( 21 CFR 172.510)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées ( COE No. 420)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 3005) Hall,1965
RIFM Id : 223
   Santal Inde

Historique & origine :

Le Santal est originaire du sud-est de l'Inde, Malaisie et l'île de Timor où il croît dans les forêts humides.

Le bois et l'Huile Essentielle de Santal ont tenu et tiennent toujours une grande place dans les cérémonies religieuses hindoues, plus par la qualité de leurs fumées et parfum et par les sculptures d'ornements religieux dans son bois très tendre, que par leurs vertus médicinales.

Il est cité dans la littérature sanscrite la plus ancienne, mais il ne semble pas à cette époque, avoir fait l'objet d'un commerce important entre l'Inde, la Chine et leurs voisins occidentaux.

En Egypte seulement, on a la preuve qu'il était utilisé au 17ème siècle avant J.C. dans les rituels d'embaumement et provenait des pays appelés "Pont" sur la côte sud de la péninsule arabique.

En Europe, il faut attendre le 5ème siècle après J.C. à l'époque du Périple de la Mer Rouge pour le voir mentionné dans les écrits de Cosmas Indikopleustes, mais la médecine européenne cependant n'a vraiment utilisé le Santal qu'à la fin du 18 ème siècle.

Description de la plante/arbre :

C'est un arbre parasite à feuillage persistant de 8 à 10 m, qui fixe ses suçoirs sur la racine des arbres voisins, et qui fleurit presque toute l'année.

L'organe de succion appelé "haustorium" n'est rien d'autre qu'une racine normale utilisée comme un outil au service du parasitisme de la plante.

Les feuilles sont opposées, ovales et se terminent en pointe.

L'écorce est gris foncé et se creuse de sillons verticaux sur les sujets âgés.

Les fleurs sont petites, de couleur verdâtre, rouge foncé ou jaune, composée de seulement 4 étamines sortant du calice, disposées en symétrie radiale et n'ont aucun parfum.

Description du produit :

Etat physique : Liquide visqueux
Odeur : Boisée, douce, chaude, tenace
Couleur : Incolore à  jaune
Densité (20°C) : [ 0,968 ; 0,983 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -21° ; -12° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1,502 ; 1,509 ]
Principaux constituant : Santalols, alcools sesquiterpéniques


Santal Tanzanie

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Tanzanie
Origine botanique : Osyris lanceolata
Partie de la plante utilisée : Wood
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-EINECS : 91770-46-6
EINECS : 294-831-8
   Santal Tanzanie

Historique & origine :

Osyris lanceolata est le Santal africain, utilisé pour son bois parfumé et extraire de l'huile essentielle.

La plante  hemi-parasite est trouvée de l'Afrique du Sud au Zimbabwe et l'Afrique orientale, y compris la Tanzanie, le Kenya et l'Ouganda. Elle grandit dans des zones rocheuses ou le long des marges de forêt sèche, mais n'est pas abondante n'importe où.


 

Description de la plante/arbre :

Osyris lanceolata est un arbuste robuste grand, mince ou un petit arbre (7-10 m de haut).

c'est une plante semi-parasite à feuilles persistantes à l'écorce lisse et grise .
Les feuilles clairsemées, bleues-vertes, simple, alterné, lanceolate, sont entassées le long des tiges.
Les fleurs sont petites, de couleur  jaune-vert, devenant rouge.

Le fruit  petit (environ 1 cm de long), charnu, ovoïde , de couleur verte dans un premier temps, tournant jaune et devenant rouge vif à pourpre-noir quand mûrs, est comestible.

Description du produit :

Etat physique : Liquide visqueux
Odeur : Boisée, douce, balsamique
Couleur : Jaune pâle
Densité (20°C) : [ 0,946 ; 0,966 ]
Indice de réfraction (20°C) : [1.490 ; 1.520 ]


Sauge Sclarée

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Russie
Origine botanique : Salvia Sclarea
Partie de la plante utilisée : Sommets florissant et feuilles
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8016-63-5
CAS-EINECS : 84775-83-7
EINECS : 283-911-8
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées N°415
FEMA : généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2321) Hall,1965
RIFM Id : 310
   Sauge Sclarée

Historique & origine :

C'est une plante médicinale très ancienne originaire de la Méditerranée orientale et de Syrie.

Elle est citée dans l'Egypte ancienne, à Rome, en Gaule avec sa proche parente Salvia officinalis .

En 795, sous le nom de Sclareiam (du latin clarus = clarifier par allusion à son emploi comme collyre par décoction des graines) elle faisait partie des plantes recommandées dans le Capitulaire de Villis.

Elle fut introduite en Angleterre en 1562, puis des viticulteurs allemands l'utilisèrent intensivement dans la fabrication de vermouths. La pratique de certains commerçant allemands consistant à ajouter au vin du Rhin des fleurs de sauge sclarée et de sureau pour imiter un bon muscat, était si répandue que les allemands l'appellent encore "herb Muskateller Salbei" et les anglais la "sauge muscat". La sauge sclarée a parfois remplacé le houblon dans la bière, en produisant un état d'ivresse et de griserie accru, lequel aurait été souvent suivi d'une sévère migraine.

Au douzième siècle la sauge sclarée était considérée comme aphrodisiaque.

Le mot salvia vient du latin salvare signifiant sauver, guérir.

C'est une herbe de santé et une herbe sacrée ! D'ailleurs un dicton populaire nous dit : "Qui a de la Sauge dans son jardin, n'a pas besoin de médecin".

Description de la plante/arbre :

Plante bisannuelle à port érigé de 60-80 cm.

Grandes feuilles grisâtres, laineuses, ovales.

Fleurs violettes ou lilas de juillet à septembre, disposées en épis.

Toute la plante exhale une forte odeur musquée et est très mellifère.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Caractéristique
Couleur : Jaune à  orange pâle
Densité (20°C) : [ 0.890 ; 0.908 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -26° ; -10° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.454 ; 1.466 ]
Principaux constituant : Geranyl acetate, Linalool, Linalyl acetate, Germacrene-D


Tagète

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Tagetes minuta Syn : Tagetes glandulifera
Partie de la plante utilisée : Parties aériennes fleuri ou peu après floraison
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8016-84-0
CAS-EINECS : 91770-75-1
EINECS : 294-862-7
FDA : Approuvé comme Arôme ( 21 CFR 172.510)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 443)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 3040) Hall,1965
RIFM Id : 998
   Tagète

Historique & origine :

Tagetes minuta est originaire d'Amérique du Sud où elle pousse en plaine et régions montagneuses d'Argentine, Chili, Bolivie, Pérou et l'état de Chaco au Paraguay. Après les conquêtes espagnoles, elle a été introduite en Europe, Asie, Afrique, Madagascar, Inde, Australie et Hawaï.

Le nom tagète vient de Tagès , enfant divin, petit fils de Jupiter, dont les paroles furent conservées dans les livres de Tagès (libri Tagetici) d'où les étrusques tiraient leur savoir.

En Afrique du Sud pendant la guerre des Boers, la T. minuta a été introduite partout où se trouvait la cavalerie anglaise, des graines ayant été mélangées au fourrage destiné aux chevaux. Maintenant, cette plante envahissante est une nuisance pour les fermiers, et même le bétail ne la broute pas.

Description de la plante/arbre :

Plante aromatique annuelle herbacée pouvant atteindre 2 à 3 m de haut.

Feuilles divisées linéaires et lancéolées, de 7 à 15 cm de long.

Fleurs jaunes. L'HE est élaborée dans les poils sécréteurs de la corolle florale, ainsi que dans les "pustules" de la feuille

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile limpide
Odeur : Caractéristique
Couleur : Jaune à  brun
Densité (20°C) : [ 0.840 ; 0.920 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -0° ; +14° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.4680 ; 1.4980 ]
Principaux constituant : Tagetone, d-limonene, ocimene and 2,6-dimethyl-7-octen-4-one


Tea Tree, Arbre à  thé

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Madagascar
Origine botanique : Melaleuca alternilolia
Partie de la plante utilisée : Feuilles & des branchettes terminales
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 68647-73-4
CAS-EINECS : 85085-48-9
EINECS : 285-377-1
CoE : Inscrit sur la liste des substance Admissible ( COE No. 275)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 18 ( 3902) Newberne,1998
RIFM Id : 1176
   Tea Tree, Arbre à  thé

Historique & origine :

Le genre Melaleuca compte quelque 150 espèces d'arbres et d'arbustes, plus connus sous le nom d'arbres à thé.

Leur nom vient de melas (noir) et leukos (blanc) : en effet, l'écorce est foncée sur le tronc et les branches anciennes, alors qu'elle est blanche sur les jeunes rameaux.

Sous le terme générique de tea tree, on désigne tout un ensemble d'espèces botaniques. Il s'agit d'une dénomination populaire qui a pour origine l'utilisation que firent les marins du célèbre Capitaine Cook au XVIIIème siècle en tant que substitut du thé qui leur faisait défaut. il fut remarqué la première fois pour ses propriétés médicinales en Australie en 1788 (Carson CF, 1993).

 

Le saviez-vous ?

Lors de la seconde guerre mondiale, les autorités sanitaires de l'armée australienne donnaient à leurs soldats des flacons d'HE de tea tree pour combattre les affections cutanées.

Description de la plante/arbre :

Le Melaleuca alternifolia est parmi les "tea tree", l'espèce la plus petite du sud-est australien, car sa taille dépasse rarement 5 m. Il est robuste, croît rapidement, et possède un système racinaire très développé. Il s'hybride très facilement avec les autres membres de l'espèce Melaleuca .

Les feuilles étroites de 2 cm de long sont glabres, pointues et alternées (d'où le nom botanique alternifolia ).

Les petites fleurs blanc crème à 5 pétales apparaissent dispersées irrégulièrement sur l'épi floral au printemps.

Les fruits sont de petites capsules ligneuses dont les graines gardent leur pouvoir germinatif pendant 3 ans et parfois plus.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Chaude , épicée
Couleur : Incolore à  jaune pale
Densité (20°C) : [ 0,885 ; 0,906 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ +5° ; +15° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.475 ; 1,482 ]
Principaux constituant : p-cymene, 1,8-cineole, Terpinene-4-ol, Gamma-terpinene, Alpha-terpinene


Vétiver

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Haïti
Origine botanique : Vetiveria zizanioides
Partie de la plante utilisée : Rhizome
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8016-96-4
CAS-EINECS : 84238-29-9
EINECS : 282-490-8
FDA : Approuvé comme Arôme ( 21 CFR 172.510)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 470)
RIFM Id : 206
   Vétiver

Historique & origine :

Cette grande plante herbacée est originaire d'Inde où elle est utilisée depuis des siècles comme encens et parfum.

Son nom vient du mot tamoul vettiveru .

Les Moghols utilisaient le khus-khus tatti, nattes tressées de racines de vétiver trempées dans l'eau et suspendues pour parfumer les habitations.

A cette époque, des marchands français découvrirent cette plante à l'arôme subtil et l'emmenèrent à l'île Bourbon, en Louisiane, et sur l'île d'Haïti. Colbert (1619-1683), alors ministre des finances de Louis XIV, considérait l'île Bourbon comme la branche tropicale de la Parfumerie française, et encourageait le développement de toute nouvelle plante.

En Inde et au Sri Lanka, l'HE de vétiver est appelée "essence de tranquilité".

Description de la plante/arbre :

Graminée à longues feuilles très étroites et très raides, jusqu'à 2 m de hauteur. Inflorescences en épis, en paires sur 6 à 12 tiges. Fines racines fibreuses, odorantes, pénétrant jusqu'à 2 m de profondeur dans le sol.

Le vétiver est très utile dans les régions touchées par l'érosion du sol.

Description du produit :

Etat physique : Liquide visqueux
Odeur : Boisé, Terreux, fumeux
Couleur : Jaune à  brun clair
Densité (20°C) : [ 0,980 ; 1,005 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ +22° ; +48° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1,516 ; 1,527 ]
Principaux constituant : Beta-caryophyllene, Alpha-vetivone, Beta-vetivone, Beta-vetivene, Isovalesenol, Khusimol


Ylang-Ylang complète

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Madagascar ou Comores
Origine botanique : Cananga odorata
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8006-81-3
CAS-EINECS : 83863-30-3
EINECS : 281-092-1
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 103)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 3119) Hall,1965
RIFM Id : 6614
   Ylang-Ylang complète

Historique & origine :

L'usage de cette plante originaire des Moluques ou de la Chine se perd dans la nuit des temps : offrande religieuse, plante médicinale en pommade ou infusion dans l'huile de cocotier, parfum et arbre d'ornement.

L'ylang a été importé à la Réunion en 1884.

Celui des Philippines fut détruit par les Japonais lors de la seconde guerre Mondiale.

Aux iles Moluques, on prépare un onguent à base de fleurs d'Ylang et de curcuma dans de l'huile de coco pour des soins cosmétiques et capillaires, ainsi que pour combattre les fièvres, piqûres d'insectes et infections.

Ylang ylang signifie "fleur des fleurs" en Malais.

La fleur est cueillie sur des arbres de 25 m de haut et peut être rose, mauve ou jaune ont de tous temps a symbolisé l’amour et les liens du mariage. En Indonésie, par exemple, la tradition veut que des fleurs d’Ylang-ylang soient répandues sur la couche des jeunes mariés pour les inspirer !

Son huile essentielle fait le bonheur des parfums de luxe et de certains produits cosmétiques précieux. D’un rendement faible, il faut compter 100 kg de fleurs pour extraire 2 litre d’essence.
 

Le saviez vous ?

La qualité appelée EXTRA de l'huile essentielle d'Ylang-Ylang est la plus prisée par les parfumeurs car c'est également la plus odorante. Il existe trois autres qualités d'huile d'Ylang-Ylang, classées selon le temps de distillation qu'elles ont subi : première, deuxième et troisième. L'odeur de la troisième est plus douce, plus boisée et balsamique, et plus tenace.

Description de la plante/arbre :

C'est un arbre tropical de 25 m de haut, tronc droit, aux branches peu rameuses disposées à l'horizontale.

Feuillage persistant, feuilles alternes de 18 cm de long et 7 cm de large.

Fleurs jaunes, roses ou mauves disposées en bouquets aux aisselles des feuilles.

Le fruit est une baie verte à chair douce et aromatique, qui devient noir à maturité.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Fleurie , caractéristique
Couleur : Jaune pâle à  foncé
Densité (20°C) : [ 0.922 ; 0.942 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -58° ; –30° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.496 ; 1.511 ]
Principaux constituant : Benzyl acetate, Beta-caryophyllene, Geranyl acetate, Linalool, Germacrene-D, Methyl-para-cresol, Farnesene, Benzyl benzoate


Ylang-Ylang Extra

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Madagascar ou Comores
Origine botanique : Cananga odorata
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'eau
  
  
CAS-TSCA : 8006-81-3
CAS-EINECS : 83863-30-3
EINECS : 281-092-1
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 103)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 3119) Hall,1965
RIFM Id : 6614
   Ylang-Ylang Extra

Historique & origine :

L'usage de cette plante originaire des Moluques ou de la Chine se perd dans la nuit des temps : offrande religieuse, plante médicinale en pommade ou infusion dans l'huile de cocotier, parfum et arbre d'ornement.

L'ylang a été importé à la Réunion en 1884.

Celui des Philippines fut détruit par les Japonais lors de la seconde guerre Mondiale.

Aux iles Moluques, on prépare un onguent à base de fleurs d'Ylang et de curcuma dans de l'huile de coco pour des soins cosmétiques et capillaires, ainsi que pour combattre les fièvres, piqûres d'insectes et infections.

Ylang ylang signifie "fleur des fleurs" en Malais.

La fleur est cueillie sur des arbres de 25 m de haut et peut être rose, mauve ou jaune ont de tous temps a symbolisé l’amour et les liens du mariage. En Indonésie, par exemple, la tradition veut que des fleurs d’Ylang-ylang soient répandues sur la couche des jeunes mariés pour les inspirer !

Son huile essentielle fait le bonheur des parfums de luxe et de certains produits cosmétiques précieux. D’un rendement faible, il faut compter 100 kg de fleurs pour extraire 2 litre d’essence.
 

Le saviez vous ?

La qualité appelée EXTRA de l'huile essentielle d'Ylang-Ylang est la plus prisée par les parfumeurs car c'est également la plus odorante. Il existe trois autres qualités d'huile d'Ylang-Ylang, classées selon le temps de distillation qu'elles ont subi : première, deuxième et troisième. L'odeur de la troisième est plus douce, plus boisée et balsamique, et plus tenace.

Description de la plante/arbre :

C'est un arbre tropical de 25 m de haut, tronc droit, aux branches peu rameuses disposées à l'horizontale.

Feuillage persistant, feuilles alternes de 18 cm de long et 7 cm de large.

Fleurs jaunes, roses ou mauves disposées en bouquets aux aisselles des feuilles.

Le fruit est une baie verte à chair douce et aromatique, qui devient noir à maturité.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Fleurie, jasminée, caractéristique
Couleur : Jaune pâle à  foncé
Densité (20°C) : [ 0.950 , 0.976 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -42° ; €-20° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.493 , 1.509 ]
Principaux constituant : Benzyl acetate, Beta-caryophyllene, Geranyl acetate, Linalool, Germacrene-D, Methyl-para-cresol, Farnesene, Benzyl benzoate


Ylang-Ylang Première

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Madagascar ou Comores
Origine botanique : Cananga odorata
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8006-81-3
CAS-EINECS : 83863-30-3
EINECS : 281-092-1
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 103)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 3119) Hall,1965
RIFM Id : 6614
   Ylang-Ylang Première

Historique & origine :

L'usage de cette plante originaire des Moluques ou de la Chine se perd dans la nuit des temps : offrande religieuse, plante médicinale en pommade ou infusion dans l'huile de cocotier, parfum et arbre d'ornement.

L'ylang a été importé à la Réunion en 1884.

Celui des Philippines fut détruit par les Japonais lors de la seconde guerre Mondiale.

Aux iles Moluques, on prépare un onguent à base de fleurs d'Ylang et de curcuma dans de l'huile de coco pour des soins cosmétiques et capillaires, ainsi que pour combattre les fièvres, piqûres d'insectes et infections.

Ylang ylang signifie "fleur des fleurs" en Malais.

La fleur est cueillie sur des arbres de 25 m de haut et peut être rose, mauve ou jaune ont de tous temps a symbolisé l’amour et les liens du mariage. En Indonésie, par exemple, la tradition veut que des fleurs d’Ylang-ylang soient répandues sur la couche des jeunes mariés pour les inspirer !

Son huile essentielle fait le bonheur des parfums de luxe et de certains produits cosmétiques précieux. D’un rendement faible, il faut compter 100 kg de fleurs pour extraire 2 litre d’essence.
 

Le saviez vous ?

La qualité appelée EXTRA de l'huile essentielle d'Ylang-Ylang est la plus prisée par les parfumeurs car c'est également la plus odorante. Il existe trois autres qualités d'huile d'Ylang-Ylang, classées selon le temps de distillation qu'elles ont subi : première, deuxième et troisième. L'odeur de la troisième est plus douce, plus boisée et balsamique, et plus tenace.

Description de la plante/arbre :

C'est un arbre tropical de 25 m de haut, tronc droit, aux branches peu rameuses disposées à l'horizontale.

Feuillage persistant, feuilles alternes de 18 cm de long et 7 cm de large.

Fleurs jaunes, roses ou mauves disposées en bouquets aux aisselles des feuilles.

Le fruit est une baie verte à chair douce et aromatique, qui devient noir à maturité.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Fleurie, jasminée, caractéristique
Couleur : Jaune pâle à  foncé
Densité (20°C) : [ 0.933 ; 0.960 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -46° ; -€“24° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.495 ; 1.510 ]
Principaux constituant : Benzyl acetate, Beta-caryophyllene, Geranyl acetate, Linalool, Germacrene-D, Methyl-para-cresol, Farnesene, Benzyl benzoate


Ylang-Ylang Troisième

Nature du produit : Huile essentielle 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Madagascar ou Comores
Origine botanique : Cananga odorata
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : Distillation à  la vapeur d'€™eau
  
  
CAS-TSCA : 8006-81-3
CAS-EINECS : 83863-30-3
EINECS : 281-092-1
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste de substances totalement approuvées (No. 103)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 3119) Hall,1965
RIFM Id : 6614
   Ylang-Ylang Troisième

Historique & origine :

L'usage de cette plante originaire des Moluques ou de la Chine se perd dans la nuit des temps : offrande religieuse, plante médicinale en pommade ou infusion dans l'huile de cocotier, parfum et arbre d'ornement.

L'ylang a été importé à la Réunion en 1884.

Celui des Philippines fut détruit par les Japonais lors de la seconde guerre Mondiale.

Aux iles Moluques, on prépare un onguent à base de fleurs d'Ylang et de curcuma dans de l'huile de coco pour des soins cosmétiques et capillaires, ainsi que pour combattre les fièvres, piqûres d'insectes et infections.

Ylang ylang signifie "fleur des fleurs" en Malais.

La fleur est cueillie sur des arbres de 25 m de haut et peut être rose, mauve ou jaune ont de tous temps a symbolisé l’amour et les liens du mariage. En Indonésie, par exemple, la tradition veut que des fleurs d’Ylang-ylang soient répandues sur la couche des jeunes mariés pour les inspirer !

Son huile essentielle fait le bonheur des parfums de luxe et de certains produits cosmétiques précieux. D’un rendement faible, il faut compter 100 kg de fleurs pour extraire 2 litre d’essence.
 

Le saviez vous ?

La qualité appelée EXTRA de l'huile essentielle d'Ylang-Ylang est la plus prisée par les parfumeurs car c'est également la plus odorante. Il existe trois autres qualités d'huile d'Ylang-Ylang, classées selon le temps de distillation qu'elles ont subi : première, deuxième et troisième. L'odeur de la troisième est plus douce, plus boisée et balsamique, et plus tenace.

Description de la plante/arbre :

C'est un arbre tropical de 25 m de haut, tronc droit, aux branches peu rameuses disposées à l'horizontale.

Feuillage persistant, feuilles alternes de 18 cm de long et 7 cm de large.

Fleurs jaunes, roses ou mauves disposées en bouquets aux aisselles des feuilles.

Le fruit est une baie verte à chair douce et aromatique, qui devient noir à maturité.

Description du produit :

Etat physique : Liquide mobile
Odeur : Fleurie, jasminée, caractéristique
Couleur : Jaune pâle à  foncé
Densité (20°C) : [ 0.906 ; 0.925 ]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [ -72° ; -€“45° ]
Indice de réfraction (20°C) : [ 1.502 ; 1.513 ]
Principaux constituant : Benzyl acetate, Beta-caryophyllene, Geranyl acetate, Linalool, Germacrene-D, Methyl-para-cresol, Farnesene, Benzyl benzoate


Absolue Cassie

Nature du produit : Absolue 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Acacia farnesiana Willd
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : L'absolue est obtenue par extraction avec un solvant volatil, suivie de glaçage de la concrète
  
  
CAS-TSCA : 8023-82-3
CAS-EINECS : 89958-31-6
EINECS : 289-655-3
FDA : Approuvé comme Arôme alimentaire ( 21 CFR 172.510)
CoE : Inclus sur la Liste des substances Totalement approuvées ( COE No. 8)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2260) Hall,1965
RIFM Id : 75
   Absolue Cassie

Historique & origine :

Malgré une appellation proche, il ne faut pas confondre l'absolue de Cassie avec l'absolue de bourgeons de Cassis, extraite de l'arbuste "cassis".
En effet, le Cassie est issu du cassier, Acacia farnesiana, arbuste originaire d’Amérique tropicale qui s’est aujourd’hui répandu dans les autres zones chaudes du monde comme l’Afrique et l’Australie.

Originaire des Antilles (où il est appelé acacia jaune ou acacia odorant.), le cassie fut introduite en Europe en 1656 et va prospérer en France sur la Côte d'Azur bien avant son cousin germain le mimosa Acacia dealbata, et ses fleurs à odeur fleurie poudrée deviendront une matière première importante dans l'industrie de la parfumerie.

 

Utilisations traditionnelles :

- Les graines contiennent un alcaloïde et sont utilisées pour tuer les animaux prédateurs au Brésil
- L'écorce est utilisée pour ses propriétés astringentes et émollientes.

 

Description de la plante/arbre :

Arbuste épineux toujours vert, aux branches fines qui peut atteindre 5 à 6 m de hauteur, mais maintenu par la taille à environ 3 m pour faciliter la cueillette des fleurs. Forme arrondie ou évasée.
Ses feuilles vertes persistantes très finement divisées, mesurent 12 cm de long et elles sont composées de nombreuses folioles linéaires longues de 5 mm au pétiole transformé en limbe.
Les fleurs globuleuses jaunes et très parfumées apparaissent en août et la floraison se poursuit pendant 2 mois.
En hiver, les fruits sont des gousses brunes de 5 à 8 cm, contenant les graines noires recherchées par les oiseaux.

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide visqueux
Odeur : Chaude, épicée, puissante, herbacée, florale
Couleur : Jaune foncé à  brun pale
Densité (20°C) : [0.965 ; 1.010]
Indice de réfraction (20°C) : [1.486 ; 1.515]
Principaux constituant : alpha-amyrine, salicylate de méthyle, alcool benzylique


Absolue Jasmin

Nature du produit : Absolue 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte ou Inde
Origine botanique : Jasminum grandiflorum L
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : L'absolue est obtenue par extraction avec un solvant volatil, suivie de glaçage de la concrète
  
  
CAS-TSCA : 8022-96-6
CAS-EINECS : 84776-64-7
EINECS : 283-993-5
FDA : Approuvé comme GRAS - 21 CFR 182.20
CoE : Inclus sur la Liste des substances Totalement approuvées ( COE No. 245)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2598) Hall,1965
RIFM Id : 411
   Absolue Jasmin

Historique & origine :

Plante originaire de l'Asie du sud-est, appréciée pour la blancheur de ses fleurs, et la suavité du parfum qui en diffuse. Multiplié par voie végétative, le Jasminum grandiflora n'a depuis des siècles, manifesté aucune variabilité.

De l'Inde à la Mésopotamie, ce sont les Phéniciens qui porteront le jasmin à Carthage et en Catalogne. On a trouvé de la poudre de jasmin sur une momie de pharaon dans la nécropole de Deil el-Bahri. Il faisait partie des 60 composants du " kyfi ", le plus célèbre parfum Egyptien. Les romains et les grecs utilisaient une pommade au jasmin. Le Romain Lucius Plotius, membre du triumvirat, alors qu'il se cachait de ses ennemis politiques fut trahit par la puissante odeur de jasmin dont il était grand amateur.

L'espèce J. grandiflorum fut introduite à Grasse au XVI è siècle par des navigateurs espagnols, d'où son nom de jasmin d'Espagne. Entre les deux guerres, la production grassoise a atteint 1500 tonnes pour décliner et être concurrencée par celle d'Espagne, Italie, puis elles mêmes remplacées par Egypte, Maroc, Inde, Chine.

"Yasmin" est le nom arabe du jasmin et qui signifie "fleur blanche". Le nom peut aussi dériver du grec "iasis" = joie.

Description de la plante/arbre :

Arbrisseau dressé, souvent grimpant, à tiges sarmenteuses allongées, le jasmin a des feuilles caduques opposées et pennées de couleur vert foncé, pétiolées, à 3-7 folioles. De juin à septembre s'épanouissent des fleurs blanches très odorantes Elles sont disposées de 3 à 8 en corymbe et leur corolle est en entonnoir. Le fruit est une baie globuleuse.

A Grasse, Jasminum grandiflora est greffé sur Jasminum officinalis pour pouvoir résister aux conditions climatiques d'hiver de l'arrière pays jusqu'à 900 m d'altitude.

Description du produit :

Etat physique : Liquide visqueux
Odeur : Plaisante, Fleurie, caractéristique du Jasmin
Couleur : Brun rougeâtre à  brun ambré
Densité (20°C) : [0.930 ; 0.980]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-0.55° ; +0.55°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.480 ; 1.510]
Principaux constituant : benzyl acetate


Absolue Jasmin Sambac

Nature du produit : 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Inde
Origine botanique : Jasminum Sambac
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : L'absolue est obtenue par extraction avec un solvant volatil, suivie de glaçage de la concrète
  
  
CAS-TSCA : 8022-96-6
CAS-EINECS : 91770-14-8
EINECS : 294-797-4
RIFM Id : 6665
   Absolue Jasmin Sambac

Historique & origine :

Originaire d'Arabie, le Jasmin sambac ou " foul " fut introduit aux Indes par le Duc de Toscane vers 1690.

Son nom vient de l'arabe yâsamîn, lui-même emprunté au persan signifiait "fleur blanche" en langue perse.

Aux Indes et en Asie, ses fleurs fraîches ou séchées, sont très utilisées pour parfumer le thé, faire des guirlandes, pots pourris et elles font partie des offrandes aux temples.

Le Jasmin sambac est très populaire en Indonésie. L'archipel des Philippines en a d'ailleurs fait son emblème puisque sur le drapeau national on peut y voir la fleur de "Sampagita", appellation locale du Jasmin sambac.
Là-bas, les femmes cachent des fleurs de cette variété de Jasmin dans leur cheveux pour les parfumer.

Un usage traditionnel veut que l'on applique les fleurs de Jasmin sambac en cataplasme sur la poitrine pour stopper la lactation. Cette utilisation également recensée en Inde a été confirmée en 1988 grâce à une étude qui a démontré que les fleurs de Jasmin sambac avaient un effet semblable aux médicaments inhibiteurs de la lactation.

La fleur de Jasmin sambac a une odeur est plus fine, sucrée et légère que le Jasminum grandiflorum

Description de la plante/arbre :

La plante toujours verte, haute de 2 à 3 m, à longues tiges grimpantes nécessitant un support, est plus robuste que le J. grandiflorum
 
Les feuilles cireuses sont opposées, généralement ovales ou elliptiques avec des nervures latérales saillantes.
 
Les fleurs ont 2,5 cm de diamètre, sur des extrémités à une ou trois fleurs. La floraison a lieu toute l'année, la principale se manifestant au printemps et à l'été, en grappes de fleurs blanches, satinées et cireuses, en forme d'étoiles lourdement parfumées, capable d'embaumer une pièce entière.
 
Le rendement en fleurs et l'intensité du parfum varie substantiellement selon les cultivars. Parmi ces derniers beaucoup sont à fleurs doubles avec des pétales ronds et des bourgeons sphériques, d'autres à fleur simple avec des pétales rondes en verticilles et de gros bourgeons de 3 cm de diamètre.

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide visqueux
Odeur : Plaisante, Fleurie
Couleur : Brun rougeâtre à  brun ambré
Densité (20°C) : [0.930 ; 0.980]
Pouvoir rotatoire (20°C) : [-0.55° ; +0.55°]
Indice de réfraction (20°C) : [1.4680 ;1.4800]
Principaux constituant : Alpha farnésène, acétate de benzyle, jasmonate de méthyle


Absolue Oranger

Nature du produit : 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Tunisie
Origine botanique : Citrus aurantium ssp amara
Partie de la plante utilisée : Fleurs fraiches
Mode d'obtention : L'absolue est obtenue par extraction avec un solvant volatil, suivie de glaçage de la concrète
  
  
CAS-TSCA : 8030-28-2
CAS-EINECS : 72968-50-4
EINECS : 277-143-2
FDA : Approuvé comme GRAS ( 21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la liste des substances approuvées ( COE No. 136)
FEMA : Généralement reconnu comme ingredient de saveur SUR - GRAS 3. ( 2818) Hall,1965
RIFM Id : 252
   Absolue Oranger

Historique & origine :

Arbre natif de l'extrême Orient, il s'est répandu aux Indes et en Perse.
Inconnu des Romains, il fut introduit par les Arabes au Xè siècle dans les régions Méditerranéennes bien avant l'oranger doux, puis sur le continent Américain peu après sa découverte par Christophe Colomb.
L'orange douce arriva en Europe plus tard lors du retour au Portugal de l'explorateur Vasco de Gama.
Au XVIIè siècle, Anne-Marie de La Trémoille, épouse du prince de Néroli, aurait découvert une HE extraite de ses fleurs, dont elle parfumait ses gants, d'où l'origine du nom.
 
 
Le saviez-vous ? 
Lle mot orange dérive de "naranja" des Arabes et du Sanscrit "nagarunga" qui signifie "fruit préféré des éléphants".

L'absolue oranger est principalement utilisée en parfumerie, en note de cœur, pour intensifier les notes agrumes.

Description de la plante/arbre :

Arbre toujours vert pouvant atteindre 10 m de haut à feuilles vert foncé sur le dessus, plus claires dessous.
Par rapport à l'oranger doux, les feuilles sont plus étroitement lancéolées et pointues, à pétiole nettement ailé, et les fruits sont à peau rugueuse et à pulpe acide et amère.
Fleurs blanches à 5 pétales charnus, très odorantes en avril.
C'est le seul citrus qui puisse monter au nord de la limite des orangers (lacs italiens). Il suffit d'une petite chute de neige en mars, lorsque l'arbre entre en sève, pour provoquer défoliation et éclatement des charpentières

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide
Odeur : Plaisante, Fleurie
Couleur : Rouge orangé à  marron foncé
Densité (20°C) : [0.905 ; 0.930]
Indice de réfraction (20°C) : [1.475 ; 1.495]
Principaux constituant : linalol, linalyl acetate, farnesol, nerolidol


Absolue Violette feuilles

Nature du produit : 100% pure et naturelle
Pays d'origine : Egypte
Origine botanique : Viola odorata
Partie de la plante utilisée : Feuilles
Mode d'obtention : L'absolue est obtenue par extraction avec un solvant volatil, suivie de glaçage de la concrète
  
  
CAS-TSCA : 90147-36-7
CAS-EINECS : 90147-36-7
EINECS : 290-427-0
FDA : Approuvé comme GRAS - (21 CFR 182.20)
CoE : Inclus sur la Liste des substances Totalement approuvées ( COE No. 482)
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3. ( 3110) Hall,1965
RIFM Id : 703
   Absolue Violette feuilles

Historique & origine :

"Viola" viendrait du grec "ion", anciennement "vion" qui désignait la vache mythologique "Io".
Symbole de la grande cité d'Athènes, la violette était une des fleurs préférées de la Grèce antique (Moazzo, 1999).
Vénus, déesse de l'amour et femme de Vulcain, dieu du feu et des métaux, se refusa à lui jusqu'au jour où il se présenta devant elle la tête ceinte d'une couronne de violettes.
Après qu' Io fut changée en génisse, la terre se couvrit de fleurs de violette pour la nourrir. Son symbole est la fidélité, car c'est aussi, parmi les fleurs des funérailles, celle qui signifie au mort la fidélité des vivants.

 

Description de la plante/arbre :

C'est une espèce spontanée vivace très commune en Europe septentrionale de plaine et méridionale de moyenne montagne. Sa souche épaisse émet des stolons allongés. Elle a des feuilles pétiolées, toutes radicales, largement en coeur, celles des stolons de l'année arrondies en rein. Elle fleurit de février à mai. Les fleurs, grandes et très odoriférantes, sont le plus souvent violet foncé avec 5 pétales inégaux dont l'inférieur est éperonné, les 4 autres dressés vers le haut. Le fruit est une capsule s'ouvrant par trois valves en étoile à trois branches.
Les variétés horticoles sont nombreuses :
1) La Parme est un clone stérile à fleur dupliquée, la feuille a un pétiole court de 8 à 10cm. Une seule floraison de janvier à mars.
2) La Victoria est un clone fertile à dimorphisme floral :
- la fleur stérile à floraison étalée d'octobre à mars, est simple, pétalée avec un long pédoncule de 20 à 30cm, de même que la feuille avec un pétiole de même dimension.
- la fleur fertile à floraison étalée de juin à septembre, est une fleur apétalée sans valeur commerciale.
 
Le saviez-vous ? : la violette fut d'abord une plante médicinale par la fleur, les graines et les racines. La fleur pour la confiserie (Toulouse), fleurs et feuilles pour les bouquets et enfin feuille pour la parfumerie sont d'un usage récent.
Pourquoi pas la fleur en parfumerie ?
D'une part, parce que les rendements d'extraction et surtout de distillation sont extrêmement faibles.
Mais surtout les ionones de synthèse permettent de reconstituer des parfums de violette. Si l'on veut à tout prix un extrait naturel, la distillation du rhizome d'iris permet d'isoler les irones aux odeurs de fleur de violette.
Il reste donc les feuilles qui, après extraction par solvants volatils, libèrent une absolue aux notes vertes très prisées.

 

Description du produit :

Etat physique : Liquide très visqueux
Odeur : Verte, florale , caractéristique de la violette
Couleur : Jaune à  vert foncé
Densité (20°C) : [0,970 ; 0.990]
Principaux constituant : 2-trans-6-cis-nonadien-1-al


Ambre gris

Nature du produit : Extrait animal 100% pur et naturel
Mode d'obtention : Secrétion intestinale du Physeter catadon L.
  
  
CAS-TSCA : 84836-94-2
CAS-EINECS : 84836-94-2
EINECS : 284-280-1
RIFM Id : 6027
   Ambre gris

Historique & origine :

L'ambre gris est une sécrétion pathologique de l'intestin du cachalot Physeter Catodon, irrité par l'ingestion des becs de poulpes et de calmars, alimentation principale du cachalot, qu'on ramasse le long des plages tropicales et subtropicales.

Il est constitué à 90% d'ambréïne, dérivé du cholestérol.

Dans l'intestin, c'est une sécrétion noire, semi-visqueuse et d'odeur nauséabonde. Au contact de l'air et de la lumière, elle s'oxyde vite et durcit, se transformant en une substance agréablement aromatique, marbrée, grisâtre, cireuse et transparente, où les becs sont encore intégrés. Une fois chauffée, elle produit un arôme très agréable, doux et terreux.

 

On l'utilisait dans l'Antiquité comme fixateur des parfums rares car l'ambre gris a la faculté de faire durer les parfums beaucoup plus longtemps.
1000 ans avant Jésus Christ,les Chinois l'appelaient "le parfum du crachat du dragon" (provenant de la salive des dragons dormant sur les rochers côtiers).

A la même époque,les Arabes l'utilisaient comme médicament dans le traitement des pathologies cardiaques et cérébrales. Ils pensaient que l'ambre gris provenait de sources côtières. Il en était de même pour les Grecs.

On a longtemps cru que l'ambre gris et l'ambre jaune avaient la même origine:les fonds marins.

Marco Polo fut le premier à l'associer aux cachalots mais en tant que régurgitations des limons mangés dans les profondeurs océanes.
Ce sont les Docteurs Schwediawer et Banks qui l'identifièrent, en 1783, comme une production pathologique de l'intestin des cachalots malades, en l'associant aux becs de seiches et de poulpes ingérés.

En 1820, Carrenter et Pelletier, deux chimistes français, isolèrent, caractérisèrent et nommèrent "ambréïne" l'ingrédient principal parfumant de l'ambre gris.
Depuis, il y a un grand marché de recherche de composés chimiques au parfum très proche de celui de l'ambre gris. Ce sont tous des terpènes labdanoïdes, retrouvés dans une grande variété de plantes.

 

Le traité de Washington et les actions de protection des mammifères marins surveillent le commerce de l'ambre gris depuis des années. Il est  cependant interdit dans certains pays européens et aux Etats Unis d’Amérique.

 

Une masse de 130 kgs d'ambre gris fut trouvée dans les atolls de Vannatu, dans le Pacifique, en 2004 et ce fut Cadima Pathé qui en assura la vente.

Description du produit :

Etat physique : Masse solide
Odeur : Caractéristique, puissante
Couleur : Gris clair à noir


Castoreum

Nature du produit : Extrait animal 100% pur et naturel
Mode d'obtention : Résinoïde naturel d'origine animale, obtenu par extraction à partir des glandes à parfum du castor (Castor fiber L.)
  
  
CAS-TSCA : 908023-83-4
CAS-EINECS : 8023-83-4
EINECS : 232-427-5
FEMA : Généralement reconnu comme ingrédient de saveur SUR - GRAS 3 ( 2261) Hall,1965
RIFM Id : 291
   Castoreum

Historique & origine :

Le castoréum fut couramment utilisé de l'Antiquité au XVIIIème siecle. Il faisait partie du traitement médicaux dont notamment : les blessures et plaies chirurgicales,la fièvre et les maux de tête (normal puisque le castoreum contient de l' acide salicylique un composant proche de l'aspirine).

Il était aussi utilisé en tant qu'aphrodisaique. On lui a également trouvé divers usages en parfumerie.

Le castoréum est l'une des six matières premières animales de la parfumerie avec le musc, l'ambre gris, la civette, la cire d'abeille et l'hyraceum.
Son odeur, agressive à l'état pur, devient agréablement douce et chaude une fois le castoréum dilué et rappelle le cuir, l'huile animale et la fourrure.Elle est utilisée dans les parfums de type ambré (ou oriental), ainsi que dans certains parfums masculins.

Cependant, les progrès de la chimie organique permettent aujourd'hui de produire un équivalent synthétique qui n'a pas forcément toute la finesse du castoréum naturel.

Description de la plante/arbre :

null

Description du produit :

Etat physique : Masse solide
Odeur : Animale, forte, musquée, caractéristique
Couleur : Brun rougeâtre intense
Densité (20°C) : [0.955 ; 0.995] - 50% ETHANOL
Indice de réfraction (20°C) : [1.4490 ; 1.4620] - 50% ETHANOL


Civette

Nature du produit : Extrait animal 100% pur et naturel
Pays d'origine : Extraction à  partir des glandes anales de la civette
  
  
CAS-TSCA : 68916-26-7
CAS-EINECS : 68916-26-7
EINECS : 272-826-1
RIFM Id : 352
   Civette

Historique & origine :

Le mot « civette » dérive du terme arabe zabād désignant le musc et signifiant écumeux, via ou bien de l'italien "zibetto" ou encore du catalan civetta. Les arabes désignaient l'animal sous le nom de qaá¹­á¹­ az-zabād, c'est-à-dire chat à musc, d'où l'autre nom vernaculaire.

La civette est un mammifère carnivore au pelage gris-jaunâtre taché de noir, ressemblant à la martre. L'odeur de la civette provient de la civettone, substance contenue dans un liquide blanc produit par les glandes anales de tous les Viverridae. Ce liquide possède à l'état brut une odeur très forte, avec des relents d'excréments, mais une fois dilué il dégage une odeur de musc et de fleur. Les glandes de cet animal sont vidées de leur sécrétion une fois par semaine. La civette brute est purifiée par extraction aux solvants et souvent mise en infusion. Le produit est cependant de plus en plus remplacé par des produits de synthèse et des reconstitutions.

Les secrétions des glandes anales de la civette étaient utilisées en pharmacie et dans la fabrication des cigares ou de parfums. Leur usage remonte à plus de 2 000 ans ; elles avaient la réputation d'être très appréciées de Cléopâtre.

 

Le saviez vous ?

Dans le passé, la civette brute (pâte) était expédiée dans des cornes de zébus assez grandes pour contenir entre 500 et 1 200 g d'une pâte jaune qui fonçait et se durcissait avec le temps. Le contenu de la corne correspondait à quatre années de curetage d'une civette.

Description du produit :

Etat physique : Semi-solide à  solide
Odeur : Animale, forte
Couleur : Ambré foncé
Densité (20°C) : [0,971 ; 0,991]
Principaux constituant : Civettone


Nous contrôlons la qualité de nos produits d'une part grâce à nos rapports privilégiés avec nos fournisseurs sélectionnés pour la qualité de leurs matières premières et le sérieux de leurs méthodes de production et d'autre part grâce à un laboratoire indépendant qui vérifie les mesures physiques (densité, indice de réfraction, pouvoir rotatoire), mesures chimiques (le cas échéant : indice de peroxyde, teneur en aldéhyde...) ou encore effectue une chromatographie en phase gazeuse.


Pour chaque livraison, notre service législation sera en mesure de compléter les questionnaires produits (en l'état actuel de nos connaissances) et de fournir les documents réglementaires et certificats requis tels que :


  • Fiche de données de sécurité
  • Fiche technique
  • Certificat d'analyses
  • Certificat IFRA
  • Certificat de pureté
  • Certificat de naturalité
  • Certificat d'origine
  • Certificat ECOCERT FR-BIO-01 (certification produit biologique)
  • Certificat de conformité au Règlement cosmétique EC/1223/2009 ( ancienne Directive cosmétique 76/768/CEE)
  • Certificat allergènes cosmétiques Directive cosmétique 2003/15/CE
  • Certificat kasher
  • Attestation sur la présence d'allergènes alimentaires
  • Certificat OGM
  • Certificat ESB
  • Certificat CMR

Les informations délivrées sur notre site présentent un caractère strictement commercial et ne concernent que la nature et la qualité des produits proposés.

 


Avis aux curieux :

Les informations suivantes, ainsi que de nombreuses autres photos et vidéos illustrant le monde des huiles essentielles sont disponibles sur la mosaïque. N'hésitez pas à y aller jeter un coup d'œil.


Qu'est ce qu'une huile essentielle naturelle ?

L’ESSENCE ou “HUILE ESSENTIELLE” : C'est la matière odorante  (souvent liquide) extraite des fleurs, feuilles ou toute partie de la plante aromatique. La plupart du temps, l’essence est obtenue par distillation à la vapeur d'e...
En savoir plus

La Civette

La civette un petit mammifère de la famille du furet. Son nom vient peut être de l’arabe zabād qui désigne le « chat à musc » ; il peut aussi provenir de l’italien « zibetto » ou encore du cat...
En savoir plus

Méthodes d'extraction des molécules parfumantes

L'enfleurage à froid C’est une technique qui exploite l’affinité naturelle entre la graisse (de porc en générale) et l’huile odorante contenue dans les fleurs. Elle est toute indiquée pour le t...
En savoir plus

Absolues et Concrètes

L'Absolue : En parfumerie, l’absolue est une forme particulière d’extrait de plante (au même titre que l’huile esse...
En savoir plus

Le calendrier des récoltes

CALENDRIER DES RECOLTES Autres produits que les cit...
En savoir plus

L'ambre gris

L'ambre gris est une sécrétion pathologique du cachalot. Elle se compose de becs de poulpe et autre broyat de calmar qu’il ne digère pas, le tout enveloppé dans une sécrétion de son intestin et rejeté à la mer. Au con...
En savoir plus

Le Castoreum

Le castoréum fut couramment utilisé de l'Antiquité au XVIIIème siecle. Il faisait partie des traitements médicaux dont notamment : les blessures et plaies chirurgicales,la fièvre et les maux de tête (normal puisque le castoreum contient de l&...
En savoir plus

Le Musc

 Le musc est une matière brune, odorante, contenue dans une glande abdominale de certains cervidés, les cerfs porte-musc, d'Asie Centrale.  Cette glande, de la taille d'une demi-orange, se développe sous l'abdomen pendant la période du ...
En savoir plus

Techniques d'extraction des huiles essentielles d'agrumes

HISTORIQUE DES TECHNIQUES D'EXTRACTION DES HUILES ESSENTIELLES D'AGRUMES Les huiles essentielles d'agrumes sont contenues dans des cellules situées dans l'écorce ...
En savoir plus

Qu'est ce qu'une huile essentielle naturelle ?

L’ESSENCE ou “HUILE ESSENTIELLE” : C'est la matière odorante  (souvent liquide) extraite des fleurs, feuilles ou toute partie de la plante aromatique. La plupart du temps, l’essence est obtenue par distillation à la vapeur d'eau, c’est à dire par entrainement à la vapeur d’eau dans un “alambic”. Ce procédé a été inventé par les arabes au X ème siècle.

Pour certaines fleurs comme le néroli (fleur d’oranger), le rendement est de 1 pour 1000 ; il faut donc récolter 1000 Kilogrammes de pétales, le matin tôt pour obtenir 1 Kilogramme d’huile essentielle. Ceci explique le prix élevé de certains produits de parfumerie.

Attention, le procédé, ne convient pas à l’extraction d’essence de citron, orange et autres agrumes. Voir la rubrique « la saviez vous », techniques d’extraction des huiles essentielles d’agrumes.
Pour ces fruits dont l’huile essentielle reste fragile et sensible à la chaleur, l’extraction doit se faire à froid. Les procédés mis au point par les italiens utilisent des machines qui « pressent » le fruit pour en extraire l’essence contenue dans la peau ; ce sont les « pellatrice » et « sfumatrice ». Le rendement d’extraction de l’essence de citron est d’environ 1%.

La Civette

La civette un petit mammifère de la famille du furet. Son nom vient peut être de l’arabe zabād qui désigne le « chat à musc » ; il peut aussi provenir de l’italien « zibetto » ou encore du catalan civetta.

Sa fourrure grise tachetée est belle mais l’animal est plutôt élevé pour les sécrétions qu’il produit. Sous l’effet d’un stress, ce petit carnivore synthétise dans ses glandes annales une substance dont l’odeur rappelle celle des excréments. Une fois par semaine, l’animal est soumis à un « curetage » qui consiste à vider ses poches de leurs sécrétions. Purifiée par extraction aux solvants, la pate à l’odeur forte, devient plus florale et musquée. Elle constitue une note de « fond » très chère et raffinée.

On ne tue pas la civette pour la parfumerie! Mais la tendance n’est pas à l’utilisation des produits animaux et l’on remplace de plus en plus l’absolue civette par des compositions synthétiques.

La civette et sa note « animale » nous rappelle notre attirance pour des notes fortes que nous tendons à proscrire. Or, il y a 2000 ans, elle était très appréciée de Cléopatre et d’autres personnages dont le raffinement est incontesté…

Méthodes d'extraction des molécules parfumantes

L'enfleurage à froid

C’est une technique qui exploite l’affinité naturelle entre la graisse (de porc en générale) et l’huile odorante contenue dans les fleurs. Elle est toute indiquée pour le traitement des plantes fragiles comme le jasmin ou la tubéreuse… Au XIXème siècle, elle consistait à étaler de la graisse animale (porc en général) sur un plateau de verre encadré d’un châssis en bois. On piquait ensuite la masse avec une fourchette pour y tracer des sillons et y déposer les pétales. Par affinité mutuelle, les « micro » gouttes odorantes des fleurs passent dans la graisse. On remplaçait les pétales chaque jour pour saturer la graisse en parfum. Après trois mois, 1 kilo de graisse avait absorbé le parfum de 3 kilos de fleurs.

L’opération terminée, on recueillait la graisse avec une cuillère en bois. Après l’avoir filtrée pour la débarrasser de ses impuretés, on « lavait » cette pâte à l’alcool. Cette opération consiste à mélanger intimement la graisse odorante et l’alcool. Par affinité plus grande encore avec l’alcool, le parfum se dissout dans l’alcool. Il suffit donc enfin de chauffer, l’alcool s’évapore et on l’obtient ce que l’on appelle « l’absolue ». Cette technique a été abandonnée vers 1930 car elle nécessite une main-d'œuvre très importante.

 

L'enfleurage à chaud ou « Digestion »

Déjà connu dans l'Antiquité par les Égyptiens, l'enfleurage à chaud ou digestion fut aussi pratiqué en France, à Grasse : on mettait à fondre de la graisse dans de grandes marmites chauffées au bain-marie et on y jetait les fleurs. On remuait le mélange pendant deux heures. Le lendemain, on enlevait les fleurs de la veille avec une passoire plate et on les remplaçait par des fleurs fraîches. On répétait au moins 10 fois l'opération.  Lorsque la graisse ne pouvait plus absorber le parfum des fleurs, on filtrait pour séparer la graisse des fleurs. On obtenait une pâte parfumée appelée pommade que l'on traitait par la même technique d'extraction que pour un enfleurage à froid.

La rose centifolia, la violette, la fleur d'oranger et la cassie étaient traitées ainsi.

 

L'hydrodistillation

L'hydrodistillation

Le terme signifie « distillation à l’eau ». On en a expliqué le principe dans la rubrique « huile essentielle ». Ce procédé fut mis au point et importé en Europe par les Arabes au X° siècle. Le mot « Alambic » qui désigne l’appareil à distiller vient d’ailleurs de l’arabe. Le procédé consiste à placer les plantes sur des grilles ou des plateaux perforés. La vapeur obtenue en chauffant l’eau traverse les plantes et entraine les substances odorantes contenues dans les fleurs, les racines, les feuilles… Huile parfumée et vapeur d'eau s'élèvent alors dans un col de cygne puis sont refroidies dans un serpentin glacé. Au contact du froid, la vapeur se (re) condense en eau et huile puis tombe dans le vase qui les reçoit. Non miscibles entre elles, on va facilement séparer l’huile et l’eau. Ce procédé, toujours utilisé, est très efficace pour la lavande, le vétiver, le bois de santal, les feuilles de géranium… et fournit ce que l’on nomme « l’huile essentielle » ou « essence ».

Pour obtenir un kilo d'essence pure, il faudra distiller : entre 4000 kg et 10000kg de pétales de roses, 1000 kg de fleurs d'oranger, 600 kg de géranium, 500 kg de fleurs de camomille, 330 kg de feuilles de patchouli ou 125 à 175 kg de lavande.

 

L'expression à froid

Cette technique est utilisée dans le cas des agrumes ; la matière odorante y est contenue dans les zestes. Pour ces fruits dont l’huile essentielle est sensible à la lumière et la chaleur, l’extraction doit se faire à froid. Les procédés mis au point par les italiens utilisent des machines qui « pressent » le fruit pour en extraire l’essence de la peau; ce sont les « pellatrice » et « sfumatrice ». Les fruits sont pressés à froid. Ensuite, par centrifugation, on sépare l'huile essentielle du jus de fruit.

Le rendement d’extraction de l’essence de citron est d’environ 1%.

Voir aussi la rubrique « Méthodes d’extraction des molécules parfumantes » ou la rubrique « Technique d’extraction des huiles essentielles d’agrume ».

 

L'extraction au solvant volatil

Certaines Matières premières délicates ne supportent pas l’hydrodistillation; c’est le cas du jasmin, de la tubéreuse ou encore du mimosa. Pour capturer leur « arome », on a recourt à l’extraction avec un solvant organique (souvent l’hexane). Cette technique est relativement récente (elle date du XIX eme siècle). Tout comme dans la distillation, on remplit l’extracteur de la plante. Celle ci est plusieurs fois « lavée » à l’hexane qui se sature progressivement en huile odorante. Il suffit alors de chauffer légèrement pour évaporer le solvant. On obtient la concrète (ou le résinoide dans le cas des gommes). La concrète est une pâte cireuse qui peut être utilisée en parfumerie (iris concrète) mais la plupart du temps, on « lave » la concrète à l’alcool pour obtenir l’absolue (à l’odeur moins « grasse »). Il faut se référer à la rubrique « Enfleurage à froid ». L’alcool possède une grande affinité avec l’huile odorante de la plante et la dissout tandis que les cires sont filtrées et séparées. Il suffit de chauffer, l’alcool s’évapore et on l’obtient « l’absolue ».

 

L'extraction au dioxyde de carbone super crititique

Encore plus récente et adaptée aux matières encore plus fragiles comme certaine épices (Poivre rose). C’est l ‘équivalent d’une extraction au solvant mais avec du Dioxyde de carbone ou CO2 qui devient liquide à très haute pression, atteignant un état dit « supercritique ». Cette technique permet donc d’extraire les huiles odorantes de la plante à basse température.

Absolues et Concrètes

L'Absolue :

En parfumerie, l’absolue est une forme particulière d’extrait de plante (au même titre que l’huile essentielle). Ce concentré est obtenu à partir du « lavage » à l’éthanol de la concrète ou du résinoïde d’une plante. Le mélange est chauffé pour extraire les actifs odorants de la concrète puis l’ensemble est ensuite glacé (refroidissement). Les corps gras sont ainsi fixés et la partie claire est récupérée par décantation puis filtration. Le filtrat est ensuite distillé, à pression atmosphérique ou sous vide en fonction des produits rencontrés pour retirer l'éthanol.

L'industrie de création de parfum utilise beaucoup les absolues dans leurs compositions, le tout dans des proportions très infimes. Pour qu'une absolue soit bonne, il faut qu'elle soit soluble dans l'éthanol.

 

La Concrète :

La concrète est obtenue par extraction des corps odorants d’une plante à l’aide d’un solvant. Traditionnellement, on procédait à l’enfleurage des plantes dont on retirait une graisse odorante qui était ensuite lavée à l’alcool. Aujourd’hui les solvants sont dits « volatils » (éthanol, méthanol, hexane). La matière première fraîche est mélangée à ces solvants qui sont chauffés et qui une fois évaporés laissent la concrète sous forme d' une pâte plus ou moins dure.

 

(Voir aussi Extraction des molécules parfumantes afin de connaitre les détails des méthodes d'extraction)

Le calendrier des récoltes

CALENDRIER DES RECOLTES

Autres produits que les citrus:

Produit 

:

Camomille Bleue  (Matricia Chamomila)

Date de récolte 

:

Février à Mars

Produit 

:

Néroli  (Citrus aurantium)

Date de récolte 

:

Mars et Avril

Produit 

:

Rose  (Rosa centifolia)

Date de récolte 

:

Avril

Produit 

:

Cumin  (Cumimum cyminum)

Date de récolte 

:

Avril à Mai

Produit 

:

Geranium  (Pelargonium graveolens)

Date de récolte 

:

Juin – Juillet

Produit 

:

Marjolaine  (Origanum marjorana)

Date de récolte 

:

Janvier, Mai et Septembre

Produit 

:

Jasmin  (Jasminum grandiflorum)

Date de récolte 

:

Juin à Septembre

Produit 

:

Basilic  (Ocimum basilicum)

Date de récolte 

:

Septembre

Produit 

:

Coriandre feuilles  (Coriandrum sativum)

Date de récolte 

:

Décembre à Février

Produit 

:

Cassie  (Acacia farnesiana)

Date de récolte 

:

Décembre à Février


 

L'ambre gris

L'ambre gris est une sécrétion pathologique du cachalot. Elle se compose de becs de poulpe et autre broyat de calmar qu’il ne digère pas, le tout enveloppé dans une sécrétion de son intestin et rejeté à la mer.

Au contact de l'air et de la lumière du soleil, l’amas rejeté s'oxyde et durcit se transformant en un bloc qui flotte sur l’eau. Ce bloc, une fois chauffé, produit un arôme ambré, doux, sensuel et très persistant (l’odeur persiste plusieurs jours). Il est composé à 90% d’ambreine qui lui donne son odeur caractéristique. Il est étonnant de constater que des molécules proches de l’ambreine sont retrouvées également le labdanum, une plante dont la résine dégage une odeur en effet voisine.

 

On utilisait déjà l’ambre du cachalot pour son parfum dans l'Antiquité et les chinois lui prêtaient des vertus aphrodisiaques. A la même époque, les Arabes l'utilisaient dans le traitement des pathologies cardiaques et cérébrales. Un certain mystère était attaché à la source de l’Ambre jusqu’à ce qu’en 1783, deux chimistes, les Docteurs Schwediawer et Banks en comprennent et en démontrent l’origine animale.

Le traité de Washington et les actions de protection des mammifères marins surveillent le commerce de l'ambre gris depuis des années. Une masse de 130 kgs d'ambre gris fut trouvée dans les atolls de Vanuatu, dans le Pacifique, en 2004 et ce fut Cadima Pathé qui en assura la vente.

Le Castoreum

Le castoréum fut couramment utilisé de l'Antiquité au XVIIIème siecle. Il faisait partie des traitements médicaux dont notamment : les blessures et plaies chirurgicales,la fièvre et les maux de tête (normal puisque le castoreum contient de l' acide salicylique un composant proche de l'aspirine).

Il était aussi utilisé en tant qu'aphrodisaique. On lui a également trouvé divers usages en parfumerie.

Le castoréum est l'une des six matières premières animales de la parfumerie avec le musc, l'ambre gris, la civette, la cire d'abeille et l'hyraceum.
Son odeur, agressive à l'état pur, devient agréablement douce et chaude une fois le castoréum dilué et rappelle le cuir, l'huile animale et la fourrure.Elle est utilisée dans les parfums de type ambré (ou oriental), ainsi que dans certains parfums masculins.

Cependant, les progrès de la chimie organique permettent aujourd'hui de produire un équivalent synthétique qui n'a pas forcément toute la finesse du castoréum naturel.

Le Musc

 Le musc est une matière brune, odorante, contenue dans une glande abdominale de certains cervidés, les cerfs porte-musc, d'Asie Centrale.
 Cette glande, de la taille d'une demi-orange, se développe sous l'abdomen pendant la période du rut et renferme alors une sécrétion brune, à l'odeur pénétrante, de consistance huileuse quand elle est fraîche, dure et cassante quand elle est sèche
 En parfumerie, on préfère le musc dans la glande ("musc en vessie") au musc séché. Son odeur est animale et boisée, avec de vagues relents de sécrétions sexuelles et d'excréments.Le musc naturel contient de la muscone, du cholestérol et de l'androstérone.

Mais SACHANT que toutes les espèces de cerfs porte-musc sont inscrites à l'Annexe I ou à l'Annexe II de la Convention du CITES le Musc naturel n'est plus utilisé en Parfumerie.
On peut synthétiser l'arôme artificiel du musc à partir de muscs nitrés (première synthèse de musc nitré en 1888 par Albert Baum: le musc de Baum).
La muscone, dont la structure chimique est 3méthylcyclopentadécanone, est le composant essentiel du musc (isolée en 1926 par Wallbaum).

En parfumerie,le musc entre comme fixateur( ou "note profonde") dans plusieurs parfums pour hommes et dans les parfums féminins de type ambré (ou oriental).



 

Techniques d'extraction des huiles essentielles d'agrumes

HISTORIQUE DES TECHNIQUES D'EXTRACTION DES HUILES ESSENTIELLES D'AGRUMES


Les huiles essentielles d'agrumes sont contenues dans des cellules situées dans l'écorce (flavedo).

1.PROCEDE A L'EPONGE ("a spugna"), XVIIIeme siècle, en Calabre :
Le fruit était coupé en deux et évidé de sa pulpe puis traité à l'eau de chaux et mis à sécher sur des claies, pour durcir l'écorce.
Ensuite, l'écorce était pressée manuellement contre des éponges naturelles placées dans un vase (concolina) traversé d'un bâton en bois, pour aider au pressage .
L'éponge était à son tour pressée au-dessus d'un récipient en terra cotta vernissé pour y recueillir l'essence. L'huile essentielle se séparait des autres liquides par décantation.
C'était un procédé manuel, effectué loin de la lumière du jour, à faible rendement (perte de 30 à 40% d'essence restée dans l'écorce).

2. SCODELLA :
C'était d'abord une pièce en bois hérissée de clous puis un entonnoir en cuivre, peu profond et à l'extrémité bouchée, aux parois tapissées de clous en laiton.
Un ouvrier pressait doucement les fruits entiers dans la scodella tenue entre ses genoux, en les faisant rouler sur les clous. L'essence descendait au fond de l'entonnoir, mêlée aux déchets dont elle était ensuite séparée par décantation.
C'était un procédé manuel, délicat, à très faible rendement.


3. CALABRESE : machine non automatique inventée par Nicola Barilla en 1844
Cette machine était composée de 2 plateaux en zinc moulé, munis de pointes, où on posait les fruits, les deux plateaux unis formant un anneau.
Une roue, actionnée par un ouvrier, faisait pivoter les deux plateaux autour d'un axe vertical pour râper les fruits.
On récupérait un mélange d'essence et de déchets au bas de l'appareil et on le filtrait dans des sachets de laine blanche.
 
4. PELATRICE
Les fruits sont placés dans une espèce de couloir de plusieurs mètres de long, où tourne une vis transporteuse à spirale, hérissée de pointes et dont la base est formée de huit rouleaux d'acier inoxydables qui servent de râpe.
Les fruits avancent sur la surface abrasive. Un courant d'eau entraîne l'huile essentielle expulsée des cellules oléifères du zest du fruit, 3 étapes de centrifugation séparent l’huile essentielle de l’eau.

5. SFUMATRICE
 Méthode d’extraction utilisée maintenant que pour les citrons, vitesse de traitement des fruits est inférieure aux autres procédés d’extraction.
Les fruits, calibrés, sont coupés en deux pour être placés dans deux coupelles. Un rotor muni d'une pointe perceuse tourne pour permettre la récupération du jus.
Les deux moitiés de fruit passent alors à la presseuse ("sfuma"), où elles sont écrasées de part et d'autre par des rouleaux en acier, faisant sortir l'huile essentielle.

La manière « lente » de presser les fruits rend la qualité de l’huile essentielle excellente.
Celle-ci est récupérée par un courant d'eau puis isolée par centrifugation.
 
6. FMC: Food Machinery Corporation

C'est une technologie américaine très orientée vers la qualité du jus, avec un rendement très élevé.
La qualité de l'huile essentielle est bonne mais le rendement plus faible que les autres systèmes d'extraction.
Après calibrage, les fruits sont placés dans un bras d'acier en forme de coupelle, munie de lames. Un deuxième bras d'acier vient fermer la coupelle. Un tube perfore le fruit en son centre pour en tirer le jus et, à l'ouverture, les lames lacèrent le zeste pour pour récupérer l'huile essentielle.
Celle-ci est entrainée par un jet d'eau puis isolée par centrifugation.

7. TORCHIO (provenant des années 40)
L'extracteur est alimenté par le haut en fruits entiers. A l'intérieur, une série de lames tournantes pousse les fruits vers une extrémité où se trouve une grille perforée, permettant l'écoulement de l'huile essentielle et du jus. Le mélange jus-huile essentielle est d’abord filtré par un système de brosses tournantes de manière à éliminer les déchets de pulpe puis la séparation jus-huile essentielle a lieu par centrifugation.


8. BROWN EXTRACTOR : BOE ( de 1970 à nos jours )
La machine est composée de deux parties: un tapis d'extraction de l'huile essentielle et un presse-agrume pour l'extraction du jus.
Le tapis d'extraction est formé d'une série de rouleaux d'acier, munis chacun de trois millions de pointes d'acier.
Les fruits sont déversés sur le tapis et dansent sur les rouleaux qui tournent sur eux-mêmes et oscillent aussi horizontalement dans un bain d'eau. Ils perforent spécifiquement les cellules oléifères, expulsant l'huile essentielle, sans lacérer le zeste.
L'essence est entrainée par le courant d'eau vers le Finisher, où elle est ultrafiltrée puis le mélange obtenu passe dans les centrifugeuses pour isoler l'huile essentielle.
Les fruits sont acheminés vers le presse-agrume où, après avoir été coupés en deux dans la largeur, ils sont pressés et fournissent le jus.
Ce système, très moderne, a un rendement en huile très élevé.
Quant au jus, le rendement est aussi très élevé et sa qualité est exceptionnelle.

Contactez-nous

Cadima Pathé
36, avenue Chevreul
92600 Asnières sur Seine


Pour tous renseignements ou commande vous pouvez nous joindre grâce aux coordonnées suivants :

Téléphone : 01 40 86 46 20

Fax : 01 40 86 46 21

Mail : contact@cadima.com


Faire une recherche


Saisissez ci-dessous votre recherche :


Obtenir Adobe Flash Player